Froideur algérienne contre «chaleur» marocaine

Contrairement aux représentants du Makhzen qui rivalisent de gros mots et autres provocations frôlant l’incident diplomatique, les responsables algériens font preuve d’un grand sens de la mesure. Même quand ils écorchent le royaume, c’est juste au nom du droit et de la légalité internationale.
Le ministre des affaires étrangères Ramtane Lamamra, a confirmé le respect de ce «code de conduite» aujourd’hui dimanche, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des Nations unies, à Alger.
Et alors que l’Algérie restait sur une énième attaque marocaine jeudi dernier par le roi himself qui a imputé la responsabilité de «l’instabilité» dans la région à l‘Algérie (rien que cela !), Ramtane Lamamra, a préféré faire le dos rond tout en envoyant une pique assassine.
«Notre région a besoin également que s’accomplisse la mission de décolonisation du Sahara occidental qui incombe à l’ONU, en application des résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité des Nations unies et à la veille du quarantenaire de l’avis de Cour internationale de justice qui a consacré l’autodétermination comme passage obligé de la solution à promouvoir au bénéficie du peuple de ce territoire»,a-t-il asséné devant un aréopage de diplomates, d’ambassadeurs et autres hauts responsables de l’Etat.
Code de bonne conduite
Dans le même sillage, il a rendu un hommage aux représentants du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et du programme alimentaire mondial (PAM) pour l’assistance humanitaire fournie aux sahraouis dans les camps de réfugiés, ajoutant: «je saisis cette occasion pour exhorter nos partenaires à préserver le niveau de l’aide accordée à ces réfugiés pour les aider à surmonter leurs conditions de vie difficiles», a-t-il déclaré.
Sans doute que ces déclarations vont faire mal à Rabat et feront certainement réagir le makhzen et ses portes plumes pour qui l’Algérie est devenue depuis deux années un abcès de fixation.
Injuriez, injuriez…
Le chef de la diplomatie algérienne a opportunément évité le discours guerrier de son homologue marocain, Mohamed Mezouar, signifiant ainsi que la provocation n’est pas le style de la maison.
C’est tellement bien dit et bien fait. Çà fait du bien là où çà fait mal de l’autre côté de la frontière…
Les Nation Unis savent désormais qui est le fauteur des troubles entre le Maroc et l’Algérie. Et qui maintient ce climat de tension permanente que Lamamra a qualifié à juste titre de «mauvaise stratégie».
L’Algérie fait siennes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité relatives au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Elle n’a jamais changé de cap contre vents et marées.
On ne peut tout de même pas lui reprocher quelque obséquiosité de respecter le droit international et de rester attachée aux résolutions des Nations unis.
Du reste, comme le dit l’aphorisme de Nietzsche, «les injures sont les raisons de ceux qui ont tort».