Déclaration des prisnniers politiques sahraouis : grève de la faim 6, 7 et 8 novembre 2014

Les prisonniers politiques Sahraouis dans les prisons marocaines 
Déclaration
Grève de la faim limitée 
«Nous sommes tous Hassana Lwali. »
Moins d’un mois après le martyre de notre camarade et frère martyr Hassana Lwali, et qui coïncide avec le quatrième anniversaire de l’attaque sur le camp militaire Gdeim Izik, 
Nous annonçons que tous les prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines vont entrer dans une grève de la faim limitée le 6, 7 et 8 Novembre 2014. 
Nous déclarons: 
Nous tenons le gouvernement marocain responsable de la mort de Hassana Lwali et nous demandons une enquête internationale et investigation sur les causes et les conditions qui ont conduit à sa mort et les personnes responsables de la négligence directe et intentionnelle du martyr, qui a été tué, soit dans prison ou à l’hôpital militaire de Dakhla. 
Nous prisonniers politiques sahraouis sont quotidiennement exposés à la torture et aux mauvais traitements, de harcèlement, de la négligence médicale et d’autres mauvais traitements contre les prisonniers politiques sous une forme systématique qui est une vengeance et immoral ainsi que illégale, L’objectif de cette vengeance est de parvenir à que nous repoussons nos positions et notre croyance en notre juste cause et de la lutte pacifique pour l’autodétermination et la liberté. 
Nous condamnons fermement la poursuite de notre arrestation sur la base de simulations de procès et fabrication des documents et des process devant des tribunaux militaires ou civils qui manquent de légitimité. 
Nous rendons hommage à la lutte des masses de la résistance de soulèvement et pacifique dans les villes du Sahara Occidental occupé et le sud du Maroc et sites universitaires. Nous renouvelons notre fierté dans la résistance et la dignité de l’sahraouie héroïque dans les camps de réfugiés, nous réaffirmons notre appréciation et de respect pour les combattants du Polisario, et nous promettons notre allégeance à eux et aux martyrs de notre juste cause pour la liberté et justice. 
Nous appelons les Nations Unies à nous et tous les civils sahraouis protéger en vertu de la responsabilité juridique et politique sur le Sahara Occidental comme une région qui est pas indépendant et où la population vit sous occupation étrangère, qui a été souligné par la Assemblée Générale des Nations Unies lors de sa dernière session en Septembre 2014. 
Nous renouvelons encore notre demande de droits de l’homme et d’élargir les pouvoirs de la MINURSO, Mission des Nations Unies au Sahara occidental, afin de créer le cadre juridique et administratif de l’Organisation des Nations Unies pour observer et respecter les droits humains et les signaler. 
Nous condamnons l’Etat marocain qui continue l’exploitation des ressources naturelles de notre terre, et leur recherche constante d’autres richesses en conflit avec la position juridique exprimée par les Nations Unies et récemment par les tribunaux européens spécialisés. 
Les prisonniers politiques sahraouis 
Dans les prisons marocaines