Les députés français reconnaissent le soutien de Paris à la politique colonialiste du Maroc : L’aveu !

Par Younes Guiz
Ce dernier a reconnu sans équivoque, le soutien de la France à la politique colonialiste et expansionniste du Royaume chérifien dans les territoires occupés du Sahara occidental.  » La France n’engagera pas de processus de déstabilisation à l’encontre du Maroc.
 
Sa position (la France) vis-à-vis du Sahara occidental est  » complexe « , du fait qu’elle a des relations importantes avec le Maroc et des relations stratégiques avec l’Algérie « , a-t-il regretté. 
M. Mennucci qui a effectué une visite dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf s’est dit étonné du niveau de conscience politique affiché par le peuple sahraoui, et ce malgré sa souffrance et les conditions difficiles dans lesquels il vit. » Il y a une volonté chez eux de trouver une sortie politique à ce conflit « , a-t-il dit à ce sujet. Et d’ajouter :  » malgré le désespoir et la situation sociale très difficile, il n’y a pas d’affaires terroristes, l’objectif des Sahraouis étant de donner des perspectives politiques « . Toujours selon le président du groupe parlementaire d’amitié franco-algérienne,  » le président du Sahara occidental a eu des propos modérés à propos du Maroc, ce qui dénote de sa retenue et de son intelligence ». Ainsi, il explique que l’une des principales revendications du peuple sahraoui et que,  » la mission de la MINURSO puisse vérifier la situation des droits de l’homme dans les territoires occupés « . 
Par ailleurs, M. Mennucci a avoué qu’il y a un peu d’abandon de la part de l’opinion publique internationale qui estime que le dossier sahraoui n’est pas prioritaire. Il rappelle dans ce sens, qu’il y a des violations des droits de l’homme, que le Maroc n’hésite pas à commettre en citant comme exemple le cas des 61 prisonniers politiques sahraouis et le dossier des disparus.  » Je ferai un compte rendu de cette situation aux autorités françaises. Il faut travailler et regarder les Sahraouis et leur évolution « , a-t-il indiqué. Sur un autre registre, M. Mennucci assure que la nouvelle loi antiterroriste de la France n’aura pas de répercussions négatives sur les Français d’origine algérienne.
 
Pour étayer ses propos, il dira que, sur les 950 personnes susceptibles d’appartenir à un groupe terroriste, répertoriés jusque là, 30% sont d’origine européenne.  » Cette loi a montré sans efficacité. Pas plus tard qu’hier (ndlr avant-hier), deux jeunes filles ont été interceptés à l’aéroport de Marseille alors qu’elles étaient en partance vers la Syrie pour rejoindre le camp des terroristes « , a-t-il martelé. Sur le dossier libyen, M. Mennucci s’est dit  » confiant  » quant à la réussite de la diplomatie algérienne dans sa médiation visant à trouver une solution adéquate à travers un processus politique inclusif. Evoquant également les rapports entre l’Algérie et la France, le président du groupe parlementaire d’amitié franco-algérienne indique que, 350 000 visas pour la France ont été délivrés cette année pour les citoyens algériens. De son coté, le président du groupe parlementaire d’amitié algéro-française, M. Belkacem Belabbes, a fait savoir que,  » l’Algérie est un pays de dialogue et qu’on ne peut pas dissocier le Sahara occidental avec ce qui se passe dans la région « .
Y.G.