Droit à l'autodétermination et à l'indépendance à géométrie variable

Le Droit à l’autodétermination inscrit dans la charte de L’ONU au titre de la résolution 1514 est un droit inaliénable. Obama, dont le pays accueille le siège des Nations-Unies , dont il est membre fondateur, veut-il réécrire la Charte Onusienne en affirmant de manière très imprudente :  »tout référendum en vue d’une sécession en Crimée est illégal». Le peuple de Crimée, pourtant république autonome, ne peut il décider librement de son destin, selon les nouveaux canons juridiques inventés pour la circonstance par la Maison Blanche ? Mais comment Obama va-t-il expliquer les formidables moyens mis par son pays et par Israël pour que le peuple du Sud Soudan puisse exercer son droit à l’autodétermination et devenir indépendant. Comment va -t-il expliquer la division de la Corée en deux, au nom de la démocratie, puis le Vietnam, réunifiés après de longues années de guerre et de souffrances et au génie de Ho Chi Minh et du grand stratège militaire GIAP. Il faut aussi rappeler la Yougoslavie, fédérée par le grand Marechal Tito et qui ne se serai pas remisde son éclatement au nom d’une « volonté populaire », (du moins de son vivant) fabriqué par l’occident et ses missi dominici Kouchner et BHL qui ont repris du service comme de bien entendu en Ukraine. Obama pourra-t-il s’opposer au referendum qui fera très prochainement de l’Ecosse une nation souveraine et indépendante en septembre prochain ? Seul Obama peut réaliser cette gymnastique intellectuelle selon le vieux proverbe français «Vérité en deçà des Pyrénées erreur au-delà». 
Cela signifie, pour le président américain, que ce sont des intérêts puissants et des pays soucieux de fragiliser la Russie, qui décident de ce qui est légal ou pas. Encore plus simple, tout ce qui va dans le sens de leurs intérêts est légal et tout ce qui va à l’encontre de ces intérêts est illégal. On a un catalogue assez fourni pour illustrer leur sens de la légalité : les coups d’états militaires, les révolutions de palais, les révolutions colorées ou de printemps, les agressions armées par mercenaires ou OTAN interposés, en Syrie et en Ukraine où des forces spéciales israéliennes sont à la manoeuvre à Kiev ayant tous pour but de faire capoter les processus démocratiques contraires à l’ultra libéralisme et au fanatisme voire au retour du fascisme comme en Ukraine. Ce qu’il y a d’inquiétant, c’est que si Obama monte au créneau, c’est que les maîtres du monde et notamment les tenants de la finance internationale ont planifié l’escalade pour remodeler le monde en fonction de leur désidérata. Jusqu’où et dans quel but? Souvent les vrais objectifs sont soigneusement masqués et n’apparaissent dans aucun discours, même pas par allusion. Mais il y a des concomitances troublantes, la dernière réunion du Groupe de Bildberg et il y a moins de quarante huit heures les fameux diners de L’AIPAC – le puissant lobby sioniste américain recevant Netanyahou en présence de Obama et de la quasi totalité des membres du Congrès pour faire passer en force le projet d’un État juif, au mépris des droits des palestiniens et au retour des réfugiés. 
À quelques fuseaux horaires se tenait le diner du CRIF, le lobby pro-sioniste français où s’était précipité François Hollande et pratiquement tout son gouvernement dont Laurent Fabius , et dont le dessein est d’aligner de plus en plus la diplomatie française en fonction des intérêts israéliens Mais aussi ne l’oublions pas dans la défense partisane du Maroc, qui lui aussi et comme par hasard refuse par différents arguties la mise en oeuvre du droit à l’autodétermination et à l’indépendance du peuple sahraoui. ainsi la boucle est bouclée.
M. B.
Le Courrier d’Algérie, 08/03/2014