"La proclamation de la RASD a contribué à l'internationalisation du conflit du Sahara Occidental" (ABC, 3/03/1976)

Selon ABC du 3 Mars 1976, à Bruxelles,  » la situation politique au Sahara est devenue la question politique la plus importante du Conseil des ministres de la Communauté Economique Européenne (CEE) , malgré qu’elle n’était pas dans l’ordre du jour de la réunion. »
« L’internationalisation du problème du Sahara occidental, avec la reconnaissance officielle de la République arabe sahraouie démocratique par de nombreux pays, et les relations commerciales spéciales que la Communauté maintient avec cette région d’Afrique du Nord ont été les facteurs déterminants dans la décision du Conseil de discuter cette question », ajoute ABC .
En outre, le journal publie également la réponse du premier conseiller de l’ambassade d’Algérie en Espagne, M. Allal à un éditorial de l’édition d’un éditeur du 25 Février, intitulé «Réponse à l’Algérie. »
A la question des « arguments que l’Algérie peut avancer pour contester le processus espagnol », Allal a écrit: « Les mêmes titres que le Maroc et la Mauritanie. Ces deux pays, avec l’Algérie, sont «les partis et les parties intéressées et impliquées » dans le processus de décolonisation, moyennant l’autodétermination, confié par l’ONU à l’Espagne, la puissance administrative du Sahara occidental ».
Concernant le «changement des circonstances dans lesquelles l’Algérie est intervenues de manière aussi silencieuse que décisive », le diplomate algérien a répondu que « Le changement de circonstances est dû, sans aucun doute aux responsables de la Marche Verte, invasion militaire étrangère et livraison du territoire ».
« Le peuple sahraoui est le seul juge, le seul à être directement concerné. Il est clair que l’Algérie ne pouvait pas participer à l’accord du 14 Novembre. Non sans raison, ils n’ont pas osé le lui proposer : Algérie n’aurait pas participé à la division et recolonisation d’un peuple », était sa réponse à « l’Algérie ne peut pas s’ériger en juge de l’Espagne après avoir refusé d’être partie co- responsable de l’accord « .