Médiation algérienne au Mali – L'obsession de Mohammed VI

Dans la diplomatie marocaine, tous les gestes et toutes les initiatives sont basés sur un objectif : réaliser la colonisation du Sahara Occidental d’une manière définitive et faire du Maroc la première puissance économique et militaire en Afrique grâce aux nombreuses richesses naturelles de l’ancienne colonie espagnole et permettre à la France d’en profiter.
Par conséquent, c’est dans ce contexte que rentre la mini-tournée programmée par Mohammed VI au Mali, Côte d’Ivoire, Gabon et Guinée. Ainsi, le roi du Maroc n’a pas changé la liste de ses destinations africaines. Toujours les mêmes. Ils se comptent avec les doigts d’une seule main et ils partagent avec le Maroc un point commun : la survie de leurs régimes ne dépend que des faveurs de la France et ils constituent les derniers vestiges de la Françafrique où se trouvent encore des bases militaires françaises pour « sauvegarder les intérêts de la France ». Tous des régimes corrompus qui ont contribué au financement illégal des campagnes présidentielles françaises, le point faible de tous les dirigeants français. Selon un câble américain publié par Wikileaks, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac, ainsi que le Parti socialiste français, auraient bénéficié de l’ argent Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) pour financer leur activité politique. « Majesté, je dois beaucoup à votre père » avait déclaré Jacques Chirac au roi Mohammed VI en signe de reconnaissance pour l’argent que le roi Hassan II lui avait offert pour ses campagnes électorales. 
A Abidjan, le président Alassan Ouattar a carrément été intronisé par les troupes françaises stationnées en Côte d’Ivoire qui avait organisé un raid contre le palais de Laurent Gbagbo pour le remettre à La Haye.
En Guinée Conakry, le Lieutenant Dadis Camara a été soigné au Maroc après sa blessure pour ensuite se rendre au Burkina Fasso, un autre satellite de la France au Sahel. 
A l’instar des marocains, les dirigeants de ces pays sont des marionnettes de la France. Ils ne vivent que pour réaliser les desseins de la France en Afrique. Leurs relations avec la France est basée sur le chantage et la corruption. 
Le voyage du souverain marocain n’a qu’un seul but : saper la médiation de l’Algérie au Mali. Cette médiation qui suscite la jalousie et la colère des gouvernants marocains qui veulent plier les bras des géographes du monde pour qu’ils inclussent le Maroc dans la liste des pays du Sahel.
Dans ses efforts pour comploter contre l’Algérie, le palais royal compte avec le soutien de ses maîtres à Paris qui ont fait pression sur le MNLA pour qu’ils boycottent l’appel que l’Algérie a lancé aux parties pour une rencontre exploratoire à Alger. Pourtant, l’initiative algérienne a été sollicitée par le président Boubacar Keita. 
En soutenant une médiation marocaine au Mali, la France récompense le Maroc pour sa participation dans la force de pacification de la République Centrafricaine.
Le reste du progtramme royale, sa visite en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Gabon n’est qu’un complément visant à dissimuler le véritable objectif de cette mini-tournée du roi Mohammed VI : torpiller la médiation algérienne, déstabiliser les frontières sud de ce pays et s’offrir un protagonisme perdu à cause de ses velléités expansionnistes.

A cause du veto de la France au Conseil de Sécurité, la MINURSO (mission de l’ONU au Sahara Occidental) ne peut rapporter sur la situation des droits de l’homme dans cette dernière colonie africaine.
En vue de mettre fin à cette anomalie, nous vous prions de bien vouloir signer cette pétition adressée à Ban Ki-moon pour demander l’élargissement du mandat de la MINURSO pour la surveillance des droits de l’homme :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ban_Kimoon_Elargir_les_competences_de_la_MINURSO_pour_la_supervision_du_respect_des_dr/?copy