Le Groupe S&D réprouve les condamnations de militants sahraouis par un tribunal militaire marocain

Les Socialistes & Démocrates au Parlement européen ont exprimé leurs graves inquiétudes au sujet des condamnations prononcées contre un groupe de militants des droits de l’homme sahraouis. En effet, le 16 février 2013 un tribunal militaire marocain leur a infligé des peines d’emprisonnement très lourdes : 9 perpétuités, 4 peines de 30 ans, 7 peines de 25 ans et 3 peines de 20 ans.
Motivées politiquement, ces peines constituent l’aboutissement d’un procès chargé d’irrégularités juridiques soulignées par des observateurs internationaux indépendants, dont deux membres du Parlement européen, Antonio Masip Hidalgo et Willy Meyer.
De nombreuses organisations des droits de l’homme ont également exprimé leurs profondes inquiétudes concernant les procédures judiciaires de ce procès injuste. Amnesty International a qualifié le procès de vicié dès le départ.
Véronique de Keyser, vice-présidente du Groupe S&D chargée des affaires étrangères et Norbert Neuser, eurodéputé S&D et président de l’intergroupe pour le Sahara occidental, réprouvent vigoureusement les condamnations des civils sahraouis et l’absence de procédures judiciaires dignes de ce nom.
« Les droits de l’homme comme la liberté d’expression et le droit au procès équitable sont des valeurs fondamentales du Groupe S&D. Nous ne pouvons accepter cette violation grossière des droits de l’homme au Maroc, pays voisin de l’Europe », ont martelé les S&D.
Les vingt-quatre militants des droits de l’homme ont été arrêtés le 8 novembre 2010 lors d’une attaque violente lancée par l’armée et la police marocaines contre des milliers de civils sahraouis manifestant pacifiquement au camp de Gdeim Izik près de la ville d’El Aaiun dans le Sahara occidental occupé par le Maroc.
Norbert Neuser rappelle également les nombreuses résolutions du Parlement européen, la dernière datant du 7 février 2013, lancées à l’initiative du Groupe S&D ou soutenues par celui-ci. Ces résolutions expriment les inquiétudes concernant la situation des droits de l’homme au Sahara occidental et appellent à la protection des droits fondamentaux des Sahraouis, dont le droit au rassemblement et la liberté d’expression. Elles demandent aussi une solution équitable et durable au conflit, fondée sur le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et conforme aux résolutions en la matière des Nations Unies.
http://www.socialistsanddemocrats.eu/gpes/public/detail.htm?id=137906&section=NER&category=NEWS&startpos=0&topicid=-1&request_locale=FR