« Mohammed VI est pire que Hassan II » (Ghali)

Selon les officiels de la RASD, Mohammed VI a dépassé son père en matière d’arrestations et de violations des droits de l’homme afin d’intimider les activistes sahraouis.
«Hassan II est un enfant de choeur, comparé à son fils qui, depuis qu’il a été intronisé roi, est devenu un champion en matière de violation des droits de l’homme et de procès préfabriqués afin d’intimider les activistes et étouffer toute rébellion dans les territoires sahraouis occupés», a déclaré l’ambassadeur de la RASD à Alger. Intervenant à l’occasion de la conférence de presse qu’il a animée, hier, M.Ghali est revenu sur le procès des activistes soupçonnés d’être derrière les soulèvements qui avaient embrasé les territoires occupés de Gdeim Izik en novembre 2010, le qualifiant de parodie de justice et de précédent grave dont les autorités marocaines assumeront entièrement les conséquences. Selon lui, les autorités marocaines cherchent à tromper l’opinion internationale et à se venger, en organisant un simulacre de procès dont les accusations sont montées de toutes pièces et ne reposent sur aucun point fondé. «Le procès des 24 activistes est un véritable simulacre. D’abord, je ne comprends pas pourquoi on traduit devant un tribunal militaire des civils qui avaient organisé une marche pacifique pour dénoncer l’occupation marocaine. Je m’étonne, ensuite, de trouver parmi les activistes lourdement condamnés, des personnes qui avaient été interpellées le 7 novembre, c’est-à-dire la veille, et d’autres qui rentraient de voyage», a-t-il révélé. Prenant la parole, à son tour, le président de l’association des détenus et des disparus sahraouis, Abdeslam Amar, s’est d’emblée attaqué au pouvoir marocain qui, affirme-t-il, ne respecte pas la légalité internationale, en s’en prenant, sans cesse, aux populations désarmées. Selon lui, la situation est très préoccupante dans les territoires sous domination marocaine. «Les autorités marocaines s’entêtent dans leur politique suicidaire de vouloir réduire au silence et par n’importe quel moyen le peuple sahraoui.»
Soulignant que des centaines d’activistes sont interpellés et arrêtés quotidiennement par la police marocaine, M.Abdeslam a indiqué que leurs familles sont coupées de tous contacts avec eux et que même les dépouilles des personnes décédées ne leur sont pas restituées. «Les autorités marocaines n’ont aucun respect pour les populations sahraouies, ni pour les droits de l’homme. Des centaines de personnes sont arrêtées, et on leur a refusé tout contact avec leurs parents», a-t-il indiqué.
Selon lui, des centaines de détenus sont isolés du monde extérieur et des centaines d’autres sont portés disparus. «Nous lançons un appel à la communauté internationale afin qu’elle force le Maroc à respecter la légalité internationale et arrêter ses violations repétées des droits de l’homme dans les territoires occupés.»
Kaci AGGADPublié dans L’Expression le 21 – 02 – 2013