El Aaiun au 1er février 2013

Selon la version populaire marocaine, les élements des forces de sécurité sont ramassés des centres d’éducation des enfants abandonnés par leurs parents. L’objectif est que ces policiers soient sans aucun lien familial pour leur éviter la pitié ou le sentiment de solidarité.

Autant au Sahara Occidental qu’au Maroc, le comportement de ces élements est digne de la pire espèce des nazis. Leurs insultes : « fils de p… », « je b… ta mère » et d’autres expressions qui donnent raison à la version populaire marocaine.

Cet après-midi les autorités marocaines ont de nouveau reporté le procès des 24 prisonniers sahraouis détenus après les évènemts de Gdeim Izik, un évènement décrit par de nombreux observateurs comme l’étincelle qui a déclenché le Printemps Arabe.

Mais au Sahara Occidental, ce printemps est différent. Voici un exemple de comment les sahraouis continuent à vivre ce printemps. Une vidéo d’une femme abordée par des policiers en tenue civile.

هذا ما يعمله أبناء العاهرات المغاربة بنسائنا في بلدنا. انهم يتبعون تعليمات ملكهم المخنث الزامل الذي جعل من المغرب بلد الدعارة للفرنسيين وغيرهم من السواح الذين يصلون لنيك أمهاتكم واخواتكم

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=OHmmF05GmHs]