Un historien français met à mal le mythe de Mohamed V « sauveur des Juifs marocains »

L’historien français d’origine marocaine Georges Bensoussan s’attaque à l’un des mythes fondateurs de la légendaire gentillesse et humanité du sultan Mohamed V. Dans son dernier ouvrage, « Juifs en pays arabe : Le Grand déracinement 1850-1975″, paru chez les éditions Tallandier, Bensoussan retrace l’histoire des communautés juives d’Afrique du Nord et du Proche et Moyen-Orient, dont certaines sont vieilles de deux millénaires.
Considérant que jusqu’ici la lecture de l’histoire des communautés juives en terre arabo-berbère s’est faite de manière superficielle, parfois passionnelle, Bensoussan a réécrit cette histoire en s’appuyant sur une documentation inédite et colossale qui provient en partie des archives de l’Alliance israélite universelle qui possédait avant les grandes émigrations juives vers Israël un réseau d’écoles implantées dans les pays arabes.
En ce qui concerne le Maroc, pays qu’il connait bien puisqu’il y est né en 1952, Bensoussan provoque un choc en taillant en pièces la légende du sultan Mohamed V sauveur des Juifs marocains lors de la Seconde Guerre mondiale.
Dans son ouvrage, Bensoussan considère que non seulement Mohamed V n’a jamais rejeté les statuts des Juifs de Vichy en octobre 1940 et en juin 1941 , mais qu’il a plutôt « profité de la situation ». Bensoussan assure que le sultan a appliqué à la lettre ces deux statuts et que c’est seulement sur le volet économique qu’il a tenté de protéger ses sujets juifs. « Cette intervention n’est pas désintéressée, car elle sert surtout les intérêts économiques du Makhzen (gouvernement du Sultan). Sur l’essentiel, le sultan Mohamed n’a pas protégé les Juifs puisqu’il a même promulgué les statuts des Juifs en Dahir (décret) chérifien », explique Georges Bensoussan dans une interview au site Egalité et réconciliation.
D’ailleurs, enfonce l’historien français, Mohamed V ne pouvait aucunement sauver quiconque puisqu’au Maroc « la réalité du pouvoir appartient au Résident général, c’est-à-dire à la France ».
Quant à la fameuse rencontre du sultan avec les dirigeants juifs au printemps 1942, elle a eu lieu à « titre privé », rappelle Bensoussan, pour leur exprimer « en privé » qu’il est personnellement contre les mesures prises par Vichy et qu’il a pourtant promulguées au Maroc. « En revanche, à titre officiel et publiquement, il ne prend aucune mesure en faveur des Juifs. Pire, il traduit les statuts des Juifs en Dahir chérifien ! », explique Bensoussan.
L’opposition du sultan au port de l’étoile jaune sur les vêtements des Juifs marocains est une fable dit Bensoussan puisque le port de ce distinctif n’a jamais été d’application en Zone libre, c’est-à-dire sur l’ensemble du territoire français placé sous l’autorité du gouvernement de Vichy. Et le Maroc (comme l’Algérie) faisait partie de la Zone libre. Seule la Tunisie s’est vue appliquer le port de l’étoile jaune dans la région de Sfax pendant les six mois qu’a duré l’occupation allemande. Or, les Allemands n’entrent pas au Maroc. Le sultan Mohammed n’a donc jamais eu le moindre contact avec les Allemands. Il n’y a donc jamais eu d’étoile jaune au Maroc.
Il ne reste plus maintenant qu’à entendre la version historique marocaine sur ce véritable tsunami qui met à mal ce mythe largement entretenu par le Makhzen pour se donner une image différente des autres autocraties arabes.
URL courte: http://www.demainonline.com/?p=23399