Mohamed Abdelaziz: Le Maroc finance le terrorisme au Mali

Le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz accuse le royaume marocain d’avoir financé les groupes narcoterroristes sévissant dans la région et au nord du Mali.
Dans son interview accordée à Echorouk TV qui sera diffusé ce soir, Mohamed Abdelaziz retracera le parcours de la question sahraouie lequel n’écarte pas l’option de recourir à l’ONU pour arracher une place comme ce fut le cas récemment avec l’autorité palestinienne.
« Nous trouvons que les efforts consentis devraient être couronnés par un siège de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) au sein de l’ONU », a confié le président sahraoui à l’animateur de l’émission Slimane Bakhlili.
Et de poursuivre, Mohamed Abdelaziz a souligné: « Notre nouvelle démarche à entreprendre est de demander l’admission de notre Etat à l’ONU, notamment qu’il devient clair que le gouvernement marocain s’oppose à la volonté internationale…il appartient au gouvernement marocain de reconnaître la République arabe sahraouie démocratique et être membre du groupe arabe à l’ONU ».
S’agissant de la crise qui prévaut au Sahel, le président sahraoui ne tardait pas à mettre en cause Rabat qui s’efforce pour que la colonisation du Sahara occidental persiste et de bloquer tout processus de paix.
« La position marocaine se focalise sur l’exportation de ses crises internes de manière officielle et institutionnelle en produisant de la drogue à grande envergure. Le Maroc appuyée par ses corps de sécurité, notamment l’armée, la police et la gendarmerie produit et exporte à grande échelle de la drogue ».
Selon le président sahraoui, le royaume marocain contribue à la prolifération des groupes terroristes en indiquant: « Le commerce de la drogue favorise le financement des groupes de crime organisé, y compris les groupes terroristes à tendance politique ou religieux. De ce fait, il est évident que et nous avons à cet égard d’importantes indices prouvant l’implication du gouvernement marocain dans le financement et l’orientation des groupes terroristes existants au Mali », a-t-il confié.
Malgré la situation jugée difficile que traverse la question sahraouie, le président Mohamed Abdelaziz a affirmé que tout ce temps est en faveur de la question sahraouie et que le problème du peuple et de la question sahraouis demeure un problème d’information et de communication.