Total s’empare du pétrole du Sahara occidental

IRIB- La compagnie française Total a signé avec le royaume marocain…
… un contrat monstre de prospection pétrolière, au Sahara Occidental. La nouvelle carte publiée sur les pages Web de l’ONHYM, la compagnie nationale pétrolière marocaine, montre un bloc massif, couvrant une surface de plus de 100.000 km². Le nom du nouveau bloc est Anzarane Offshore.
Le Sahara Occidental est un territoire non-autonome, selon l’appellation onusienne, c’est à dire, une colonie. Le territoire est, partiellement, occupé, militairement, par le Maroc, depuis 37 ans. Plus de 160.000 réfugiés survivent, depuis cette date, dans le désert algérien, alors que leur territoire est riche.
Lorsque Total – alors TotalFinaElf – a signé une licence, pour la même superficie, en 2001, le Conseil de Sécurité de l’ONU a demandé à son Bureau juridique de produire un avis sur la légalité de l’accord de l’entreprise avec le Maroc. Le bureau juridique a conclu à la violation du droit international, si l’exploration ou l’exploitation étaient menées, au mépris des souhaits et des intérêts du peuple du territoire.
Les Sahraouis, le peuple autochtone, sur le territoire, n’ont toujours pas été consultés sur la question, ni leur représentant officiel, le Front Polisario. Les activités sont, donc, illégales.
Selon Western Sahara Resource Watch (WSRW), le contrat sur ce bloc massif de Total, au large du Sahara Occidental, a été signé, le 6 décembre 2011. L’accord est, très probablement, un accord de reconnaissance – le même genre d’accord détenu par la compagnie, dans la même région, pour la période 2001-2004. Il se dit que l’accord est valable, pour une période de 12 mois.
Cela signifie que l’accord expirera, dans les tous prochains jours. Total doit, en d’autres termes, choisir de laisser expirer l’accord, sans renouvellement, (comme cela a été fait, en 2004), de prolonger le contrat, ou de le faire évoluer en un contrat d’exploration, à part entière.
Les organisations signataires de cet appel demandent à toute personne ou institution en capacité d’agir de mettre, immédiatement, ce sujet en question avec la direction de Total. Ils doivent demander, à la fois, une garantie qu’aucune activité d’exploration n’aura plus lieu, au Sahara Occidental occupé, et une explication sur la façon dont cela a pu se produire, en premier lieu.
Le retour de Total au Sahara Occidental occupé est une triste nouvelle pour le peuple sahraoui. En faisant cela, Total compromet, directement, les efforts de paix de l’ONU et sabote le droit international. Nous lançons un appel à la compagnie, pour qu’elle reconsidère, immédiatement, son implication, sur ce territoire.
Les signataires feront le nécessaire, pour obtenir les condamnations que mérite cette complicité, dans l’oppression et la souffrance du peuple sahraoui.
Voix de la Libye
http://french.irib.ir/analyses/item/229578-total-s-empare-du-p%C3%A9trole-du-sahara-occidental