Des bacheliers manifestent pour le maintien de la gratuité de l’enseignement au Maroc

Des étudiants marocains, pour la plupart des bacheliers, ont organisé, lundi après-midi, plusieurs sit-in et rassemblements à travers diverses villes du royaume pour réclamer une réforme radicale du système éducatif et du mode d’accès cycle universitaire notamment les grandes écoles, à l’appel d’une organisation estudiantine nouvellement créée. Initiés par l’Union des étudiants pour le changement du système éducatif (Uecse),
ces manifestations se sont déroulées notamment à Rabat, Casablanca, Fès, Tanger, Meknès, Safi, El Jadida et Agadir pour revendiquer «le changement du système éducatif» et «inciter la société civile et la scène politique à ouvrir le débat sur les mesures à prendre sur la réforme». 
A Rabat, ils étaient quelque 400 nouveaux bacheliers, soutenus par des membres de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), de militants du Mouvement du 20 Février qui réclament des réformes politiques au Maroc et de sympathisants du parti d’extrême gauche «Annahj Addimocrati» à se rassembler
devant le ministère de l’Education nationale.
Les participants ont notamment scandé «Pour un enseignement populaire démocratique», «Pas de démocratie sans réforme du système éducatif», «Ne jouez pas avec notre avenir», «L’enseignement est en danger» et «Pour un enseignement populaire et gratuit».
Ces sit-in et rassemblements interviennent suite aux récentes déclarations à la presse de M. Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la formation des cadres, sur l’éventualité de la remise en cause de la gratuité des études supérieures particulièrement pour certaines catégories sociales.