Pour l’envoi d’une mission d’information dans les territoires sahraouis occupés (CADHP)

ALGER – La Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a saisi officiellement le Maroc pour permettre à une mission d’information de visiter les territoires occupés et s’enquérir de la situation des droits de l’homme, a-t-on appris dimanche à Alger auprès du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS).
La CADHP souhaite également qu’une mission d’information puisse visiter les territoires libérés sahraouis et les camps des réfugiés, a indiqué le président du CNASPS Mohamed Mahrez Lamari, à l’issue d’un entretien avec une délégation de l’instance africaine conduite par sa présidente, Mme Catherine Dupe Atoki.
M. Lamari a salué la position de la CADHP qui partage la même position de principe que le CNASPS sur le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.
« Nous nous réjouissons d’avoir les mêmes points de vue quant au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Nous avons abordé la question de violation des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés et quelles sont les actions et les initiatives que nous devons mener (…) pour mieux briser le mur du silence (imposé) par les forces coloniales marocaines ».
M. Lamari a indiqué, par ailleurs, avoir officiellement sollicité l’adhésion du CNASPS à la CADHP en tant que membre observateur.
« Nous avons demandé officiellement notre adhésion comme membre observateur à la CADHP pour représenter la société civile algérienne. La finalisation de cette question se fera dans les prochains jours », a-t-il précisé.
Evoquant la Conférence internationale sur le droit des peuples à la résistance qui se tiendra à Alger en décembre prochain et dont le thème sera consacré au Sahara occidental, le président du CNASPS a indiqué que la CADHP a été invitée à prendre part à cette rencontre.
M. Lamari a ajouté avoir également remis à Mme Dupe Atoki la déclaration finale de la conférence d’Alger sur la construction du front citoyen africain pour la démocratie et contre le retour du colonialisme en Afrique.