Le Mujao infiltré par les «services» marocains

Le chef de la diplomatie sahraouie, Mohamed Salem Ould Salek, dans un entretien accordé à un journal italien, a suggéré à demi-mot que le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), groupe terroriste récemment créé à la suite d’une scission d’avec l’Al Qaïda au Maghreb arabe (AQMI), pourrait avoir été infiltré par les services secrets marocains.
Notre journal avait été le premier à explorer cette piste, sachant que ce groupe terroriste, dont la naissance est assez floue, et qui est dirigé par un terroriste libéré par ATT, l’ancien président malien, sur demande instante de la France, s’en prend exclusivement à l’Algérie et au Polisario. Ce groupe, en effet, est derrière l’enlèvement de nos sept diplomates à Gao, ainsi que celui des trois travailleurs humanitaires sahraouis dans le camp de Rabouni. 
Il se trouve également derrière les deux attentats à la bombe qui avaient visé les brigades de gendarmerie de Ouargla et de Tamanrasset. Dans la foulée, nous avons également obtenu confirmation d’une autre information donnée en exclusivité sur ces colonnes, à savoir que l’émir local d’AQMI, Abou Zeïd, a bel et bien élu domicile au niveau de l’ancien palais de Mouamar Kadhafi, sis à Tombouctou.