ONG Mundubat accuse les services secrets marocains d’entraver la libération des otages

L’ONG espagnole, Mundubat, a accusé hier les services secrets marocains de divulguer de fausses nouvelles sur l’enlèvement des deux coopérants espagnols Enric Gonyalons, Ainhoa Fernandez et l’italienne Rossella Urru.
 « Au lieu de collaborer, tout ce qu’ils ont fait c’est rendre toutes les démarches difficiles« , a déclaré Iñaki Markiegi, président de l’association Mundubat où travaille Enric Gonyalons, l’un des trois coopérants enlevés, le 22 octobre 2011 à Rabouni, centre administratif du Front Polisario. Ils dirigeaient des projets d’aide en faveur des réfugiés qui ont fui l’invasion du Sahara Occidental par le Maroc en 1975 et 1979.
M. Markiegi a affirmé que son organisation avait « perçu cet enlèvement comme une agression contre le peuple sahraoui et les organisations qui y collaborent». « Enric, Ainhoa, et Rossella font partie de ces personnes indispensables à la construction d’un nouveau monde, plus juste et plus engagé », a-t-il ajouté avant de conclure que « le peuple sahraoui a retrouvé un frère et deux sœurs mais aussi trois militants pour leur avenir ».
Source : Europa Press, 19/07/2012