Benkirane ne rigole plus : Mauvais chiffres pour l’agriculture marocaine

Casablanca.- Après la hausse des prix des carburants, la chute de la production céréalière. Décidément, une très mauvaise nouvelle pour le gouvernement Benkirane. Le secteur de l’agriculture, qui représente au Maroc environ 15% du PIB et emploie près d’un Marocain sur deux, pour une population estimée à 33 millions d’habitants, a reçu un coup de massue sur la tête.
En effet, la production céréalière pour l’année 2011-2012 a atteint seulement 51 millions de quintaux, soit une diminution de 38% à 39% par rapport à l’année dernière, selon un document officiel du ministère de l’agriculture obtenu par l’AFP.
« Comparativement à la campagne 2010-2011, la production et le rendement des céréales ont diminué respectivement de 39,1% et 38% en raison du déficit pluviométrique enregistré durant le mois de février et mars (2012) », précise le document de ce ministère dirigé par l’homme d’affaires Aziz Akhennouch.
Ces mauvais chiffres signifient que l’Etat marocain va être obligé d’importer de grandes quantités de blé, aggravant encore plus le déficit de la balance commerciale d’un pays qui importe déjà la quasi-totalité de son pétrole.
Selon le document du ministère de l’agriculture, « la production de l’année 2011-2012 s’est établie sur une superficie de près de 5 millions d’hectares (…) principalement des zones favorables » et irriguées.
De plus, pour soutenir les agriculteurs, l’Etat a débloqué une enveloppe budgétaire de 1,35 milliard de dirham (123 millions d’euros) dont une grande partie a été réservée à la préservation du cheptel.
Pour un gouvernement dirigé par un type rigolo et souriant qui est venu pour nous rendre heureux, c’est pas de la rigolade.
Amine Bouderaâ
Demaon Online, 09/07/2012

2 Comments

  1. Depuis bien longtemps j'entends sur tous les toits des performances et de grand développent de l'agriculture au Maroc,mais apparemment il n'y a pas de quoi pavoiser,une pluviométrie pas au rendez-vous est le vrai visage tant vanté se révèle au grand jour.Pourtant pas moins de 5 millions de hectares emblavés alors qu'en Algérie on est à peine à 3.2 millions ce qui explique des productions brutes marocaines plus importantes.Mais j'estime que l’Algérie est aussi performante d'autant qu'elle ne bénéficie pas pas de réserves hydrauliques estimés à 17 milliards de mètre cubes au Maroc ,contre 7.4 milliards en Algérie,sensées couvrir une grande partie des besoins en irrigation de l'agriculture marocaine.Sans parler de l'avantage naturel de la topographie du Maroc ,proche de l'océan Atlantique,avec meilleur pluviométrie
    Il serait intéressant que votre journal fasse un article sur le sujet avec des données exhaustives,et tirer au clair le vrai du mythe

  2. Depuis bien longtemps j'entends sur tous les toits des performances et de grand développent de l'agriculture au Maroc,mais apparemment il n'y a pas de quoi pavoiser,une pluviométrie pas au rendez-vous est le vrai visage tant vanté se révèle au grand jour.Pourtant pas moins de 5 millions de hectares emblavés alors qu'en Algérie ils sont à peine à 3.2 millions ce qui explique des productions brutes marocaines plus importantes.Mais j'estime que l Algérie est aussi performante d'autant qu'elle ne bénéficie pas pas de réserves hydrauliques estimées à 17 milliards de mètre cubes au Maroc ,contre, depuis récemment, 7.4 milliards en Algérie,sensées couvrir une grande partie des besoins en irrigation de l'agriculture marocaine.Sans parler de l'avantage naturel de la topographie du Maroc ,proche de l'océan Atlantique,avec de meilleurs facteurs climatiques dont une pluviométrie annuelle et pérenne meilleure.

Comments are closed.