Conférence aujourd’hui à Alger sur le néocolonialisme

Le collectif algérien de la société civile organisera aujourd’hui et demain une conférence panafricaine à Alger contre le retour du colonialisme en Afrique qui menace les souverainetés nationales, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie. 
Le colonialisme, «hier vaincu» et «bouté hors de nos territoires», entreprend aujourd’hui, «sous divers aspects» et à l’occasion de «circonstances préfabriquées», un retour «prédateur et menaçant pour nos souverainetés nationales», a indiqué hier le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), membre du collectif, dans un communiqué. 
«Ce néocolonialisme multiforme souvent brutal et arrogant», ajoute la même source, «annihile tous les programmes nationaux légitimes de développement», privant nos peuples «d’une promotion sociale programmée dans leurs mouvements d’émancipation». 
«Ce même néocolonialisme pousse l’insolence et le mépris jusqu’à attenter, sans vergogne, à nos libertés, aux droits humains et à l’indépendance de notre décision politique», s’indigne le CNASPS. Le comité relève aussi que cette conférence sera l’occasion de «revisiter l’Histoire du continent africain, dont nombre de mouvements de libération de pays frères, aujourd’hui souverains, ont reçu le soutien politique, moral et matériel aussi bien de la Révolution algérienne que de l’Algérie indépendante». La conférence sera sanctionnée par l’adoption de la déclaration d’Alger du «Front africain pour la démocratie et contre le retour du colonialisme en Afrique».
Le Sahara Occidental, dernière colonie d’Afrique, a été envahie par le Maroc en 1975 et 1979. La MINURSO (Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara Occidental) surveille un cessez-le instauré depuis 1991 dans l’attente de la célébration d’un référendum d’autodétermination promis par les Nations Unies depuis plus de 45 ans.