Informer: Au risque d’être tabassé par la police marocaine

Aujourd’hui, Vendredi 22 Juin 2012, les autorités d’occupation ont libéré Abdelmoutalib Sarir, 26 ans, un jeune prisonnier politique sahraoui. Il a passé un mois dans la « Prison Noire » accusé d’avoir agressé un policier. 
Il est à noter que ce genre d’accusation est faite par la police quand ils rencontrent une résistance lors des attaques contre les Sahraouis. 
A l’occasion de sa libération, la famille et ses amis avaient préparé une petite fête. 
Depuis le matin, les forces d’occupation ont encerclé la maison de la famille. 
La fête a eu lieu dans l’après-midi où les participants y ont scandé des slogans en faveur de l’autodétermination et l’indépendance du Sahara et ont brandi le drapeau de la République sahraouie. 
Après réception, les invités sont partis et certains parmi eux ont été attaqués par la police marocaine. 
Selon des témoins, la police s’est acharnée sur les journalistes et les militants. 
Rguibi Hayat, 23 ans, membre d’Equipe Média, se trouvait avec deux amis qu’elles ont été attaquées par 20 policiers. Ils ont été particulièrement violents avec Hayat. Elle a été emmenée à l’hôpital après avoir tombée sous les coups. Ses proches affirment est blessée sur le dos et la tête. 
Mohammed Kher, 22 ans, membre de la SEP, et Sidi Mohamed Dadach, 58 ans, président de CODAPSO, ont également été attaqués devant tout le monde par une vingtaine de policiers marocains. 
La liste provisoire des autres blessés autre est comme suit: 
Mlle Ghalia Joumani et Mme Aicha Sarir, mère du jeune libéré. 
MM.Abdelkader MM Sarir, Byay Abdelaziz, Mohamed Salami, Khouaja ​​Youssef Saleh Rguibi et Babeit Ali Salem. 
Equipe Média, 22 juin 2012 
El Aaiun, Sahara occidental occupé