Le président du Conseil national sahraoui à Alger

La coopération bilatérale parlementaire appelée à se renforcer
Par Mekioussa Chekir
L’Assemblée populaire nationale (APN) et le Conseil national sahraoui (CNS) sont appelés, dans un proche avenir, à renforcer leur coopération à la faveur de la visite qu’effectue dans notre pays le président de cette institution, M. Khatri Addouh. Reçu hier par son homologue algérien, Mohamed Larbi Ould Khelifa, le responsable sahraoui, à la tête d’une délégation, a estimé, dans une déclaration à la presse, que cette rencontre a été l’occasion de passer en revue «les relations bilatérales entre les deux peuples frères algérien et sahraoui» et d’aborder «les perspectives de la coopération parlementaire entre les deux pays». 
Le responsable sahraoui a en outre réaffirmé sa détermination à «poursuivre la concertation en vue de raffermir les relations bilatérales et la coopération entre les deux pays dans différents domaines». De même qu’il a félicité l’Algérie pour avoir «franchi avec succès l’étape des élections législatives, dans le sens d’un renforcement de la position privilégiée de l’Algérie au niveau local et régional». Toujours dans le domaine de la coopération bilatérale, deux accords de coopération ont été signés hier au camp du 27-Février des réfugiés sahraouis, par des associations algériennes et sahraouies dans les domaines de la protection et de la promotion des droits de l’Homme et de lutte contre les mines antipersonnel. 
Le premier protocole, indique l’APS, a été signé, du côté algérien, par M. Mohamed Benazizi, représentant de la Commission nationale consultative algérienne de promotion et de protection des droits de l’Homme, et, du côté sahraoui, par le secrétaire général de l’Union des militants sahraouis des droits de l’Homme, M. Aba Salek El-Hocini, vise à renforcer la coopération entre les deux parties, à travers la coordination en matière de diffusion de la culture des droits de l’Homme. 
Le deuxième protocole vise à renforcer la coopération entre l’Association sahraouie des victimes des mines et son homologue algérienne en matière de protection des victimes des mines, de sensibilisation aux dangers des mines et la création de mécanismes pour faciliter la coopération entre les deux parties. Ce protocole a été signé par M. Mohamed Djouadi, président de l’Association algérienne de défense des victimes des mines, et M. Aziz Haïder, président de l’Association sahraouie des victimes des mines. 
La Tribune d’Algérie, 19/06/2012

1 Comment

  1. En algerie il y a le peuple sahraoui de l ex sahara francais et au maroc il y a le peuple sahraoui de l ex sahara espagnol de ce fait tout ce peuple sahraoui a le droit inaliénable a une autodétermination par référendum et créer un seul état sahraoui. et on va voir si l Algérie est prête pour céder au peuple sahraoui ce droit inaliénable dans son territoire sahraoui ou pas. l algerie doit reconnaître tout d abord le droit inaliénable de son peuple sahraoui a l autodétermination par référendum chez elle avant de vouloir l imposer au Maroc.

Comments are closed.