De bonnes nouvelles sur Rosella Urru, selon le MAE italien

Le Ministre des Affaires Etrangères italien, Giulio Terzi, a annoncé aujourd’hui que le gouvernement italien est proche de la résolution du cas de Rosella Urru, travailleur humanitaire italienne enlevée à Rabouni, centre administratif du Front Polisario entre le 22 et 23 octobre 2011. 
« Le gouvernement italien a suivi de très près le cas de Rosella dès le premier jour et j’ai des raisons de croire que l’on se rapproche d’une solution », a déclaré aujourd’hui le ministre des Affaires étrangères à l’émission de radio «Radio trop. Tiers a également déclaré que la coopérante italienne est « en bon état ». 
Le ministre a ajouté que le gouvernement italien suit la « plus stricte discrétion » dans la gestion d’une affaire si délicate et a dit qu’il était désolé pour la circulation, dans les derniers mois, de rumeurs non fondées sur la libération de Rossella, qui a « créé un choc émotionnel aux membres de la famille » de la jeune italienne. 
Rossella Urru, Ainhoa Fernandez et Enric Gonyans travaillaient pour des ONG’s de solidarité avec le Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole envahie par le Maroc en 1975 et 1979. Actuellement, ils se trouvent entre les mains du MUJAO, une organisation apparue récemment au Mali se revendiquant dissidente d’Al Qaida.
Source : direttanews.it, 20/06/2012