EM : Nouvelle entrave aux média au Sahara occupé

Les autorités marocaines portent atteinte ouvertement à la production d’information sur ce qui se passe au Sahara Occidental occupé.
Hier soir, lundi 11 juin, un confrère journaliste indépendant et un jeune ont été arrêtés alors qu’ils filmaient une manifestation organisée par la coordination Gdaim Izik.
Omar Karkoub, 26 ans et le jeune Belgacem M’bark 15 ans se trouvaient à bord d’une voiture. Une patrouille les a arrêtés, a confisqué leur caméra et les a conduit au poste de police.
Retenu au siège de la préfecture pendant 10h, Karkoub a subi des questions et une investigation pendant 6 heures. Il a été frappé à la matraque aux jambes, aux épaules, sur la tête et le visage par des officiers qu’il n’a pu identifier.
Ces officiers l’ont aussi insulté et menacé de pressions sur son entourage.
Interrogé par EM, Karkoub a précisé que les enquêteurs ont concentré leurs questions sur le travail de l’Equipe Media, et fait mention des noms de quelques uns de ses militants.
Les enquêteurs ont menacé Karkoub de le mettre en prison s’il continuait son travail de journalisme pour couvrir les événements des villes occupée, et en particulier le travail d’information sur les interventions militaires et sécuritaires contre des manifestants pacifiques.
Omar et Belgacem ont été relâchés après avoir payé une amende de 1000 DH, soit environ 90 euros.
Ce n’est pas la première fois que les autorités d’occupation portent atteinte de manière violente à la liberté d’expression et d’information de l’Equipe Média, par l’intimidation, l’arrestation, la torture, l’emprisonnement arbitraire de ses membres.
EM, Sahara Occidental occupé, le 12 juin 2012