Ban Ki-moon interpellé sur les pratiques « inhumaines » du Maroc

BIRLAHLOU (Territoires libérés) – Le secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, a interpellé le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, pour faire pression sur « les forces de l’occupation marocaine » et les amener à accéder aux revendications légitimes de la famille du martyr sahraoui Said Damber, a rapporté jeudi l’agence de presse sahraouie (SPS).
Dans une lettre adressée mercredi au SG de l’ONU, le président sahraoui a insisté sur « une intervention urgente pour répondre aux revendications légitimes et justes de la famille de Said Damber et faire pression sur le gouvernement marocain pour qu’il cesse ses pratiques et fasse procéder à une autopsie sur le corps de la victime afin de permettre à sa famille de connaitre toute la vérité sur la mort de son fils et de l’enterrer convenablement.
Il a souligné que les autorités d’occupation marocaines persistent dans leur pratiques arbitraires contre le défunt Said Damber, ajoutant que le document jeté le 4 juin par la police devant le domicile de sa famille ne laisse rien entrevoir, à travers son contenu « confus », sinon que les autorités d’ccupation l’ont enterré sans en informer sa famille.
Le président sahraoui a rappelé dans sa lettre que Said Damber avait été assassiné par un policier marocain en décembre 2010 suite au démantèlement du camp de Kdeim Izik. M. Abdelaziz a mis en garde contre « les pratiques barbares adoptées par les autorités marocaines » depuis son occupation militaire illégale des territoires sahraouis le 31 octobre 1975.
Pour le président sahraoui, le mépris qu’affiche le gouvernement marocain face aux multiples appels reposant sur des données et des vérités irréfutables dont le rapport onusien en avril dernier et la décision du Conseil de sécurité de l’ONU, confirme davantage la nécessité de trouver un mécanisme onusien permettant à la Minurso (Mission des Nations unies pour un référendum au Sahara occidental) d’accomplir sa mission principale en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui et de la préservation de ses droits.
« La communauté internationale ne peut fermer les yeux devant des crimes commis par une force d’occupation illégale sur un territoire privé encore de son droit à l’autodétermination et relevant de la responsabilité directe des Nations unies dans le cadre du parachèvement du processus de décolonisation », a encore souligné M. Abdelaziz.
Le président sahraoui a encore appelé à la libération du prisonnier Yahia Mohamed Hafed Iza et tous les détenus sahraouis y compris ceux arrêtés lors du démantèlement du camp de Kdeim Izik et Dakhla et à cesser le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental.
APS, 08/06/2012