Du cheval et de ses dents, du Roi et du Président

« A caballo regalado no se lo mira los dientes, hombre »
Je me souviens de mon ami Pédro, capataz, chef des gauchos et peones de l’estancia Los Cerillos à Monte dans la Pampa qui me disait cela en me tapant sur l’épaule.
Mais je voudrais aujourd’hui lui dire que si on ne regarde pas les dents d’un cheval qu’on vous a offert je m’intéresse ici surtout non au cheval et à ses dents mais à qui est ce « on », c est à dire qui offre quoi à qui ?
Et il se trouve, Pédro, que c ‘est un Roi, oui, oui il est existe encore des Rois au pays des Rois mages, au Maroc, qui, semblerait -il, offrit non un cheval mais une villa de plus d’un million d’euros- soit le prix de plusieurs purs sangs primés, avec ou sans dents, à un Président de la République dont l’exercice prenait fin dans les scandales et la confusion.
J’ai sur l’affaire toute les informations. Elles sont publiques et paraissent dans la presse.
Cette villa fait partie d ‘un ensemble de grand luxe appartenant à une holding dans le Roi détient bonne partie du capital.
La villa fait partie d’un projet immobilier de luxe baptisé Amelkis Resorts.
Amelkis Resorts compte notamment 55 villas dites «Hattan», dont le prix fixé varie entre 450.000 et 750.000 euros.
Mais il y a plus select. Le projet compte également des lots de terrain entre 850 et 2.000 m², entièrement viabilisés et situés en première ligne le long du parcours de golf. Les villas qui y sont construites, dont le bâti avoisine les 700m2 en moyenne, se négocient actuellement autour de 4.000 euros le m2, soit la bagatelle de 3 millions d’euros en moyenne.
Le projet Amelkis est propriété de la SNI -Société National d ‘Investissement- puissante holding multisectorielle contrôlée par le roi du Maroc.
Et c ‘est une de ces villas, ce p’tit pavillon blong-blong à un million, que le Bon Roi du Maroc pour remercier son ami d’avoir sans cesse soutenu son intransigeance dans les instances internationales sur la question sahraoui (conflit du Sahara Occidental, ancienne colonie espagnole envahie par le Maroc en 1975 et 1979, note de diaspora saharaui), offre à un Président de la République encore en exercice aprés l’avoir pendant des années ( 2008 en Mars et Juillet, 2009 et 2010, Décembre, 2011 ) invité gratuitement dans les plus prestigieux et chers hôtels du monde ( Mamounia, Royal Mansour..où la journée est l’équivalent d’un smic annuel) qui également lui appartiennent en partie..
La question qui se pose est de savoir si un Président en exercice peut recevoir ce genre de cadeau? On se souvent des diamants de Bokassa offerts à Giscard ! Il a perdu sa présidence mais apparemment pas son honneur puisqu’il la ramène encore sur les chaînes de télé et siège au Conseil Constitutionnel – ibidem Chirac- Y a t il sur ce sujets des cadeaux des jurisprudences des lois des principes ?
Bref, si je ne dois pas regarder les dents des chevaux que l’on m’offre je dois quand même jeter un œil sur ce que l’offre à celui qui est censé me représenter et agir pour mon bien non ?
Mediapart, 26/05/2012