Pressions du Maroc et de la France pour tremper le rapport de l’Onu sur les saharawi

L’Organisation des Nations Unies a fait entendre sa voix, une des rares fois contre le Maroc pour les obstacles placés sur le chemin de sa mission au Sahara occidental, Minurso. Le Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Ban Ki Moon a accusé le gouvernement de Rabat d’ «empêcher à la mission Minurso de remplir son mandat de manière crédible. » Dans son rapport de 28 pages,Ban Ki Moon a déclaré en termes très clairs que Rabatespionne les casques bleus:
« Ils y sont des indices qui suggèrent que la confidentialité des communications entre le siège de la Minurso (à El Ayoun ed) et à New York, apparaît compromise au moins dans une occasion. « 
En outre, le Secrétaire général a souligné la présence massive de la police marocaine dehors du complexe d’appartements de l’ Onu qui «font obstacle» et «contrôlent»l’entrée des personnes, «pour décourager les visiteurs de s’approcher la mission. » Il a également critiqué les impositions, de Rabat, il s’agirait des certaines mesures comme par exemple les plaques d’immatriculation marocaines pour les véhicules de Minurso qui nuisent à la neutralité de l’ organisation et des drapeaux marocains placés autour du bâtiment. Par conséquent, la mission de l’ONU « n’est pas en mesure d’exercer pleinement ses tâches de contrôle surveillance et de pacification. » Enfin, M. Ban Ki Moon a demandé de renforcer le contingent de 15 observateurs militaires pour accompagner les 228 Casques bleus.
Bien que le rapport de Ban Ki Moon est l’un des plus critiquede ces dernières années contre le gouvernement de Rabat, son contenu aurait du être différent. Il a admis le représentant sud-africain à l’ONU, Baso Sangqu, qui a signalé la pression du Maroc et de la France afin que le document soit « édulcoré ». Baso Sangqu a ensuite admis que »le rapport a été progressivement neutralisé » pendant trois révisions subséquentes: dans le projet datant le 6 Avril, entre les objectifs de la Minurso, comparaissaient «la mise en œuvre du référendum pour l’autodétermination »,revendiquée par le FrontPolisario.
La dernière version qui a été publiée l’ 11 Avril dernier ne mentionne que « la mise en œuvre des résolutions successives du Conseil de sécurité. » La Minurso, qui signifie « La mission de l’Organisation des Nations Unies pour le Référendum au Sahara Occidental » est présent au Sahara occidental depuis le 1991 dans le but de promouvoir précisément l’organisation du référendum. 
Mais le Maroc, qui a occupé militairement l’ancienne colonie espagnole en 1975, a jusqu’à présent refusé d’effectuer le référendum pour l’autodétermination du peuple sahraoui, en se disant seulement disponible pour accorder une autonomieadministrative. Pour Rabat le Sahara occidental – riche des phosphates et stratégique pour la pêche – est un »territoire marocain. »
Cette position a conduit à une impasse dans les négociationsqui sont en cours depuis vingt ans, sous la médiation de l’Organisation des Nations Unies, y compris le gouvernement de Rabat et le Front populaire de libération de Saguia el Hamra et du Río de Oro. Depuis vingt ans, le Front Polisario lutte contre l’arrogance du gouvernement de Rabat, qui s’est rendu coupable des crimes contre l’humanité. Le dernier épisode éclatant a été seulement il ya deux ans le 8 Novembre, 2010,lorsque des soldats marocains ont rompu avec l’usage de la force dans le camp de réfugiés GDIN Izik, à l’entrée de El Ayoun, en tuant des dizaines de personnes et en arrêtant des centaines. 
Violations des droits humains des quelles le Maroc n’a jamais répondu et qui sont tombés dans l’oubli collectif.
Amnotyours, 19/04/2012