Accord de pêche UE-Maroc : Le président Abdelaziz met en garde…

Le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz a exhorté l’UE à s’abstenir de signer tout accord avec le Maroc qui inclut les eaux territoriales du Sahara occidental en violation du droit international. Le Polisario et la Rasd ont exprimé leur préoccupation face à la situation des pêcheurs ayant perdu leur emploi en raison de l’annulation de l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc, manifestant leur solidarité avec les pêcheurs et leurs familles, a indiqué le président Abdelaziz. Il a en outre exprimé sa gratitude aux mouvements de solidarité des peuples de l’Europe et des Etats-Unis avec la cause sahraouie, condamnant la position de certains gouvernements occidentaux pour leur soutien à l’occupation illégale du Sahara occidental par le Maroc. 
Lé président Mohamed Abdelaziz a passé en revue les efforts de l’Etat sahraoui depuis la proclamation de la Rasd dans la voie de l’édification des institutions sahraouies et la formation des cadres en dépit de conditions difficiles. S’agissant de la position du nouveau gouvernement du Maroc sur la question du Sahara occidental, M. Abdelaziz a précisé « nous n’avons pas remarqué de changement de position du gouvernement précédent et l’actuel gouvernement au sujet de la question sahraouie ». 
Le 14 décembre 2011, le Parlement Européen a mis un terme à la pêche de l’UE au Sahara occidental occupé, principalement en raison des inquiétudes sur la violation du droit international. Par ailleurs L’ONG britannique , Western Sahara Campaign , a dénoncé depuis Londres la complicité de la France avec le Maroc dans les crimes commis à l’encontre du peuple sahraoui. « la France fait fi et se moque même des principes de (liberté, égalité et fraternité) qui sont censés être ses principes fondamentaux», souligne L’ONG. Western Sahara Campaign , dont les militants ont tenu un rassemblement devant l’ambassade de France à Londres, pour protester contre sa position à l’égard de la poursuite des violations des droits de l’homme au Sahara occidental , insiste plus particulièrement, « sur l’entêtement de la France, soit-disant un pays respectant les droits de l’homme, dans le blocage du processus de mise en place d’un organe chargé de la surveillance des droits de l’homme au Sahara occidental».
Le responsable du front Polisario au Royaume-Uni, M. Lamine Baali a précisé que cette action s’inscrivait dans le cadre d’une action internationale visant à condamner la position de la France au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies, en prévision de l’examen, par l’organe de décision de l’ONU du rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur le Sahara occidental. Des rassemblements similaires ont été organisés à travers plusieurs capitales dont Madrid, Paris, Oslo, Stockholm,Washington et dans les camps de réfugiés, a-t-il souligné. 
La lettre remise à l’ambassade de France souligne que les violations des droits de l’homme perpétrés par le Maroc au Sahara occidental ont été mises en relief par plusieurs organisations humanitaires reconnues, telles Amnesty Internationale, Human Rights Watch et la Fondation Robert Kennedy. Les rapports de ces organisations mentionnent notamment la répression qui s’est abattue sur le camp de Gdeim Izik faisant trois morts, lit-on dans la lettre remise par Western Sahara Campaign à l’ambassade de France.«Nous exigeons de la France qu’elle respecte ses engagements visà- vis des lois internationales au lieu de suivre la politique du Conseil de Sécurité de l’ONU consistant à fermer les yeux sur les injustices subies au quotidien par le peuple sahraoui », souligne le texte
M. B.
Le Courrier d’Algérie, 19/04/2012