L’ONU critique le Maroc, mais l’Afrique du Sud attend davantage

Les Nations Unies ont critiqué le Maroc pour les croissants obstacles posés à leur mission au Sahara Occidental (Minurso). Le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a précisé que les “entraves” du Maroc empêchaient la Minurso de remplir son mandat de “manière crédible” dans les territoires sahraouis occupés. Dans son rapport, le secrétaire général critique notamment la présence de policiers marocains à l’extérieur du complexe de l’Onu, qui dissuade les visiteurs de se présenter librement, ainsi que l’obligation de faire porter aux véhicules de la Minurso des plaques d’immatriculation diplomatiques marocaines ou encore le déploiement de drapeaux marocains autour du quartier général de la Minurso, qui crée la confusion quant à la neutralité de l’Onu. Le secrétaire général a par ailleurs suggéré d’augmenter de 15 hommes le nombre des observateurs militaires locaux, actuellement au nombre de 228.
Selon d’aucuns, il s’agit d’un des rapports les plus durs des dernières années à l’égard du Maroc. Pourtant, le représentant sud-africain près l’Onu a critiqué le manque de fermeté dans la prise de position du texte, dont il a déploré les trois révisions effectuées pour le “neutraliser”.
Occupé par le Maroc depuis 1975, le Sahara Occidental revendique la tenue d’un référendum sur l’autodétermination du territoire, conformément à une Résolution de l’Onu de 1991. Des négociations ont été entreprises depuis des années sous l’égide des Nations Unies mais sans jamais aboutir à rien. La Minurso est déployée sur place depuis 1991 : elle est officiellement chargée de favoriser l’organisation du référendum.
(GB/CN)
MISNA, 18/04/2012