L’émirat des baïonnettes

par Moncef Wafi
Le Qatar, porteparole de la Maison-Blanche dans la région, persite et signe. Il faut envoyer des troupes arabes en Syrie pour chasser le lionceau en place. Oui, le ministre des Affaires étrangères qatari a encore menacé la Syrie du fils de son défunt père d’envoyer des troupes pour changer le système.
Croyez-moi ou pas, en lisant une telle déclaration, un sentiment vague, confus et incrédule m’a submergé. Mais de quelles troupes parlait le Red-chef d’Al-Jazeera ? Celles de l’Arabie Saoudite incapables d’endiguer une incursion chiite à l’intérieur des Lieux saints dans les années quatre-vingt et obligée de sous-traiter avec les treillis français. Ou peut-être des forces armées arabes tout juste capables de parader en uniforme et de tirer sur leur propre peuple. Mais de quelles troupes peut donc parler Hamad bin Jassim al-Thani, un nom de futur patron d’une équipe pro de football ? 
Les troupes arabes, parlons-en : celles qui avaient défait Israël en 48 ou en 67, je me rappelle plus. Ou celles qui ont anéanti Tsahal en 73 ou en 80 aux portes de Beyrouth. Rafraichissez-moi la mémoire, c’est tout ce que je demande. Mais dites-moi quelles sont ces troupes invincibles dont on menace Damas ? Peut-être que le porte-avions américain dans le Golfe parlait des troupes de l’Otan avec, à leur tête, le supplétif BHL, accessoirement caporal-chef d’un régiment de truffions commandés par Debbouz. 
Moi, vraiment, j’en sais trop rien et toutes ces histoires de stratégies militaires me dépassent. Mais je sais une chose, par contre, c’est que les émirs enturbannés ne sont bons à chasser que les outardes du Sud algérien pour leur foie « viagresque » naturel. En parlant du Qatar, on ne peut pas décemment ne pas évoquer son directeur de la communication. Est-ce le Qatar qui a découvert Al-Jazeera ou c’est Al-Jazeera qui a créé le Qatar dans son générique ? Est-ce que c’est le rédacteur en chef d’Al-Jazeera qui trace la politique étrangère du Qatar ou ce sont les enturbannés du désert qui dressent le menu de la chaîne ? Al-Jazeera et le Qatar semblent liés par un même destin, celui de l’argent du pétrole, des alliances douteuses et des compromis suspects. 
Le petit émirat, fort du parapluie américain, s’est autoproclamé leadership de pays arabes qui sont siphonnés les uns après les autres dans le tourbillon de la démocratie importée. Le Qatar, avec ses pétrodollars, veut s’acheter une histoire et se façonner un rang qui ne sera jamais le sien. Donneur de leçons au reste des Arabes, le Qatar, à travers une chaîne de télévision dont la conception originelle est sortie des tiroirs du Mossad, fait tomber les régimes qui peuvent lui faire de l’ombre comme dans un jeu de quilles. L’Egypte, la Libye et ses milliers de morts, et la Syrie sont ses jouets achetés à des milliards de dollars pour faire plaisir à leurs maîtres.