MAROC : Le livre qui fait peur au Roi

L’Union internationale des éditeurs (UIE) a demandé aux autorités marocaines de respecter leurs obligations internationales en matière de liberté d’expression, après la censure du grand quotidien madrilène El País, pour avoir publié, les bonnes feuilles d’un livre écrit par Catherine Graciet et Eric Laurent, intitulé «Le Roi prédateur», selon un communiqué de l’UIE, cette dernière a condamné cet acte de censure et demande aux autorités marocaines de respecter leurs obligations internationales en matière de liberté d’expression, en autorisant la distribution du livre au Maroc. 

« En interdisant ce numéro de El País qui publiait les bonnes feuilles du livre intitulé «Le Roi prédateur », les autorités marocaines prennent à contrepied le vent de liberté qui souffle, actuellement, sur la région », a déclaré Olivier Bétourné, président des Éditions du Seuil et membre du comité liberté de publier de l’Union internationale des éditeurs (UIE). Celle-ci qui condamne la censure de ce journal, prend, par ailleurs, les devants, en invitant le Maroc à autoriser la distribution au Maroc du livre «Le Roi prédateur». « Ce livre est, certes, fort critique du roi du Maroc et de sa cour, mais il est écrit de bonne foi et est le fruit d’un travail d’enquête exceptionnel », a précisé le communiqué. « À défaut, si la distribution du livre venait à être interdite, l’UIE considérerait que le Maroc contreviendrait à ses obligations internationales en matière de liberté d’expression et de liberté de publier, notamment au titre des articles 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques », a averti le communiqué. 
Pour sa part, Bjorn Smith-Simonsen, président du Comité liberté de publier de l’UIE a ajouté que « l’UIE saisit cette occasion pour rappeler à toutes les parties prenantes que le groupe de travail du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur l’Examen périodique universel (EPU) examinera, prochainement, à Genève la situation des droits de l’homme au Maroc, lors de sa prochaine session au mois de mai ». L’Union internationale des éditeurs (UIE) est l’ONG qui représente les éditeurs au plan international. Créée en 1896, à Paris, elle a pour mission de promouvoir et de protéger l’édition. L’UIE est une association professionnelle disposant d’un mandat dans le domaine des droits de l’homme. L’UIE, à l’heure actuelle, compte 65 membres dans 53 pays, rappelle- t-on.
M. B.
Le Courrier d’Algérie, 5/3/2012