Pambazuka : Edition spéciale Elections Sénégal 2012

Pambazuka, le journal électronique qui est une plateforme de la justice sociale en Afrique, nous offre cette semaine une édition spéciale sur les élections du Sénégal. Une série d’analyses présentées en cinq billets :
par Tidiane Kassé
Pendant quatre semaines le Sénégal a semblé aller vers un chaos politique porteurs de tous les dangers. . Après un violent soulèvement contre la candidature d’Abdoulaye Wade pour un troisième mandat, réprimé dans le sang avec une dizaine de morts, l’expression citoyenne des Sénégalais a pris une autre dimension. Le 26 février, ils sont allés voter pour contraindre Wade à un second tour. L’expérience démocratique sénégalaise fait ainsi face à un nouveau tournant décisif. Un moment de rupture dont Pambazuka News va aider ses lecteurs à saisir les enjeux. A partir d’aujourd’hui, une édition française consacrée vous parviendra les mardis et les jeudis, en plus du bulletin traditionnel du lundi, avec des informations factuelles, des analyses, des interviews d’acteurs porteurs d’idées de changement.
Pour la deuxième fois après la présidentielle de 2000 qui avait porté Abdoulaye Wade au pouvoir, le Sénégal va connaître une élection à deux tours. Si les manifestations populaires n’ont pu empêcher sa candidature, jugée anticonstitutionnelle par l’opposition, les urnes lui ont signifié son niveau d’impopularité.
Entre Abdoulaye Wade et Macky Sall, le choix des Sénégalais pour le second tour de la présidentielle n’offre pas une profonde rupture. Le challenger a grandi dans le parti du père qu’il va défier. Ministère, puis Premier ministre et président de l’Assemblée nationale, leur rupture ne remonte qu’à 2008, à la suite d’une crise interne au sein de l’institution parlementaire. Les Sénégalais devront choisir en tenant compte de facteurs subjectifs entre deux hommes qui ont plus partagé qu’ils n’ont été antagonistes.
Dans l’attente du face à face décisif du second tour, Abdoulaye Wade et Macky Sall se sont déjà lancés dans la recherche des alliances qui seront décisives. Dans une déclaration faite le 27 mars, au lendemain du premier tour, Abdoulaye Wade n’avait pas perdu du temps pour s’inscrire dans cette hypothèse d’un second et ouvrir des perspectives d’alliances.
La configuration politique sortie du premier tour de la présidentielle qui se dessine dans ce second tour offre des enseignements dans les stratégies politiques par rapport aux masses. Les candidats qui ont mené les luttes populaires et violentes, dans le cadre du M23, pour s’opposer à la candidature de Wade, délaissant par conséquent la campagne électorale, ont vu Macky Sall tirer profit d’une démarche différente qui l’a vu aller au contact des populations pour porter son discours à travers le Sénégal.