L’objectif de la caravane est de prendre conscience du problème sahraoui

SMARA (camps de réfugiés sahraouis) – Le producteur franco-algérien, Farid Benlagha, a indiqué dimanche à Smara (camps des réfugiés sahraouis) que l’objectif de cette caravane est de prendre conscience du problème sahraoui et de leur souffrance quotidienne.
« L’objectif de cette caravane est de prendre conscience du problème sahraoui et de voir comment le peuple souffre au quotidien mais aussi de nous inciter à prendre des démarches en France, facteur principale du blocage de l’autodétermination », a précisé à l’APS, M. Benlagha.
« Il faudra essayer d’influer sur la politique française pour d’abord faire connaître ce problème méconnu par les français et essayer de faire changer la position de la France qui est le soutien des forces d’occupation », a-t-il ajouté.
M. Benlagha qui dit avoir été marqué par l’histoire de l’Armée de libération nationale (ALN), a précisé qu’il était vraiment choqué de constater cette situation.
« La France a des énormes intérêts avec le Maroc sur le plan stratégique et économique, notamment dans l’industrie. Cela lui permet d’avoir une place forte au Maghreb. C’est l’une des raisons qui la pousse à soutenir le Maroc », a-t-il relevé.
Pour lui, le soutien de la France est « calculé » et est « relativement vicieux » et qui va à l’encontre des droits de l’homme et de la volonté d’un peuple de pouvoir vivre libre, appelant à rendre hommage à l’Algérie pour son soutien aux causes justes et au droit des peuples à l’autodétermination.
Sur ses prochaines étapes une fois de retour en France, M. Benlagha a précisé qu’il allait essayer de convaincre ses amis journalistes en vue de médiatiser la cause sahraouie.
« Les médias doivent jouer un grand rôle et c’est à partir de là que les citoyens auront connaissance de cette question », a-t-il soutenu, appelant par la même occasion les différents candidats à la présidentielle de se positionner sur la question.
De son côté, Ziad Mokhtaria, présidente de l’association de solidarité et d’échanges internationaux Ris-Orangis a indiqué qu’après avoir soutenu la cause palestinienne, elle a annoncé sa mobilisation pour la cause sahraouie, regrettant le fait que le conflit du Sahara Occidental n’ »est pas du tout évoqué en France ».
« En tant que présidente d’une association, j’ai fait plusieurs expositions sur la question sahraoui, et à ma grande surprise je n’ai pas eu beaucoup de monde. J’avais invité également les médias qui ont décliné l’invitation sauf le Républicain », a-t-elle déploré, souhaitant que les Socialistes inscriront la question du Sahara Occidental dans leur programme. (APS)