Bouteflika réitère la position de l’Algérie en faveur de l’autodétermination du peuple Sahraoui

Par Mourad Arbani 
Le président Abdelaziz Bouteflika a réitéré dimanche la position immuable de l’Algérie en faveur du principe de l’autodétermination du peuple sahraoui, s’agissant du conflit du Sahara occidental.
 » La célébration du 36ème anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique qui se tient au lendemain de la tenue du 13ème congrès du Front Polisario et des résultats réalisés, m’offre l’opportunité de réitérer l’attachement de l’Algérie à l’application ferme de la doctrine des Nations unies en matière de décolonisation, et son soutien aux efforts de la communauté internationale visant la promotion d’une solution fondée sur l’autodétermination du peuple sahraoui « , a écrit le président Bouteflika, dans un message adressée à Mohamed Abdelaziz , président du Polisario , à l’occasion du 36 éme anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique.
Le chef de l’état algérien a également fait part de son  » vœu  » de voir  » couronner de succès les rencontres informelles initiées par l’envoyé personnel du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour la reprise des négociations entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario « .
En sa qualité de pays voisin, écrit encore Bouteflika au chef du Polisario, l’Algérie  » continuera à encourager les deux parties à poursuivre et intensifier le dialogue dans le respect de la légalité internationale afin de parvenir à une solution garantissant le droit d’autodétermination au peuple sahraoui « .
Le message du président Bouteflika, dans lequel il rappelle la position de l’Algérie, en faveur de l’autodétermination survient le jour même où la secrétaire d’Etat américaine, en visite au Maroc avait déclaré que le plan marocain en faveur d’une large autonomie des territoires sahraouis, dans le cadre de la souveraineté du royaume est  » sérieux, réaliste et crédible « .
En réaffirmant ainsi la position algérienne, sur ce dossier, le président Bouteflika entend certainement dire que l’Algérie ne cédera pas aux pression des amis du Maroc, notamment la France et les USA. Sauf que l’expression de cette position montre que sur ce dossier Alger et Rabat sont toujours à la même case de départ. Ce qui est de nature à refroidir à nouveau les relations bilatérales qui ont connu ces derniers temps un regain de dynamisme laissant entrevoir de meilleures perspectives entre les deux pays.
Algérie-plus, 26/2/2012

1 Comment

  1. c´est qu´ona pas un president representatif,il dit ce que le systeme lui dicte,pour ne pas trouver le destin de feu Boudiaf,elle avait raison clinton de lui proposer un petit tabouret au lieu du koursi

Comments are closed.