L’aide de 4 ACG à l’autodétermination du Sahara Occidental.

Difficile de parler d’un projet inséré dans un contexte presque totalement ignoré par les organes de communication. Ci-après donc, l’état du projet et le contexte de sa réalisation.

L’ engagement de 4ACG

Lors de son assemblée générale de 2011, l’association 4acg a opté pour aider à la défense des droits humains du peuple sahraoui qui attend que se concrétise son droit à l’autodétermination. Une enveloppe de 600 € a été remise au Corelso (Comité pour le Respect des Libertés et des Droits Humains au Sahara Occidental). Pour la première année que s’applique cette aide, il est utile d’en rappeler le triple objet, précisé dans la convention passée entre la 4 ACG et le Corelso :

mandater des avocats aux procès intentés par les autorités d’occupation aux activistes sahraouis ;
envoi dans les territoires occupés de missions d’observation des Droits Humains ;
accueil de délégations de militants sahraouis défenseurs des Droits Humains venant des territoires occupés. »

Une réalisation incomplète…

En 2011, le Maroc a quasiment bloqué l’entrée des étrangers au Sahara occupé et il a laissé croupir sans jugement les prisonniers sahraouis.

Il a été cependant possible de faire venir en France des Sahraouis défenseurs des DH pour leur faire rencontrer des élus-e-s et responsables politiques et associatifs (cf rapport du Corelso en pièce jointe). Mais pas seulement.

…à côté de timides avancées

Pour la première fois, une retombée concrète des démarches à Bruxelles des comités de soutien à la cause sahraouie a eu lieu puisque le Parlement Européen s’est opposé le 15 décembre à la prorogation de l’accord de pêche U E – Maroc parce qu’il inclut les eaux territoriales du Sahara Occidental. A ce motif de satisfaction s’en est ajouté un autre : le Congrès américain entend conditionner l’aide militaire au Maroc au respect des droits humains dans les territoires sahraouis et à la libre circulation des journalistes et des organisations humanitaires au Sahara Occidental. La communauté internationale prendrait-elle le chemin de réparer plus de 35 ans d’injustice ?

Obtenir l’autodétermination reste le souci premier du peuple sahraoui qu’il manifeste en toute occasion et pour cela, il doit faire face à une brutale répression du colonisateur qui s’embarrasse peu du respect des droits des personnes.

Emprisonnés depuis novembre 2010 (démantèlement de Gdeym Izik) 23 activistes sahraouis devaient comparaître ce 13 janvier devant le tribunal militaire ; procès reporté sine die. Premier acte d’un petit jeu à répétition où le Maroc excelle mais où les défenseurs des droits humains ne doivent pas laisser la chaise vide. L’aide alors continue de se justifier.

Daniel D.

Le Corelso

Depuis sa création en décembre 2005, suite à la violente répression du mouvement populaire dans les territoires occupés, le CORELSO s’est efforcé d’informer et de sensibiliser l’opinion publique française à la question sahraouie qui est largement occultée par les principaux médias : communiqués, rassemblements et manifestations, délégations auprès du ministère français des Affaires étrangères et de l’Ambassade du Maroc…Le CORELSO participe également activement à la campagne pour la libération des prisonniers politiques sahraouis.