3Le Maroc ne veut pas de solution mais fait l’objet de pressions étrangères » (Abdelaziz Rahabi)

Quels sont les facteurs qui ont poussé à un rapprochement entre l’Algérie et le Maroc ?

Il y a au moins trois facteurs principaux, premièrement les changements dans la région, sur le plan diplomatique l’Algérie a noté une sorte de déséquilibre régional après la chute des régimes tunisiens et libyens, donc après des frontières fermés avec le Maroc il y a une menace frontalière avec la Libye. Du pont de vue géostratégique l’Algérie est dans une situation peu enviable qu’elle n’a pas vécue depuis l’indépendance, quant au deuxième facteur c’est le changement de gouvernement au Maroc et l’arrivée des islamistes au pouvoir, et la visite d’El Othmani en Algérie est intervenue à leur demande ce qui pourrait ouvrir une nouvelle page dans les relations. Le troisième facteur est les pressions permanentes de la France et des Etats-Unis sur l’Algérie pour un rapprochement avec le Maroc.

Il était clair dans la visite de Saad-Eddine El Othmani en Algérie l’existence d’un discours mesuré des deux parties, pourquoi ?

Du coté de l’Algérie il y a une nouvelle approche qui consiste à proposer une solution globale contre une normalisation complète, une solution globale est ce qui fait que les choses sont mesurées, parce que pour l’Algérie cela concerne plusieurs sujets, que le Maroc reconnaisse officiellement les frontières algéro-marocaines parce que l’Algérie à ratifie la convention de 1972 ce que le Maroc n’a à ce jour pas fait, et le dossier d’indemnisation des algériens dont les terres ont été nationalisées par les autorités marocaines en violation d’une convention bilatérales entre les deux pays qui stipule que les des ressortissants algériens en cas de nationalisation sont traités comme les marocains. Je ne vois personnellement aucune volonté chez les marocains de parvenir à une solution, notamment le dossier du Sahara occidental mais il se base sur des pressions françaises et américaines et cela en définitive ne le servira pas en raison de la sensibilité de l’Algérie sur la notion de « souveraineté », et il est connu que la France et les Etats-Unis font pression sur pour une normalisation avec le Maroc lors de tous les rencontres, et le poids de cette pression donne l’impression qu’ils ne sont pas impartiaux.

Mais les marocains disent le contraire et prétendent que c’est l’Algérie qui ne veut pas de solution ?

Le problème est que les responsables au Maroc ne communiquent pas aux médias occidentaux et aux partenaires les vraies visions de leurs pays, les élites politiques et économiques au Maroc sont des élites pragmatiques qui cherchent une intégration avec l’occident et un commerce avec l’Algérie, quant aux élites algériennes leur discours est philosophique, historiques et sentimental passé, c’est pour cela que je m’attends toujours à une normalisation lente parce que je ne crois pas aux solutions superficielles en diplomatie, ce qui signifie que tant que les dossiers de discordes fondamentaux continueront les relations resteront instables.

El Khabar, 27/1/2012