HRW critique les pouvoirs du roi Mohammed VI

Par Amine Taha

La réforme de la Constitution consacre les droits de l’Homme au Maroc, mais le Roi Mohammed VI conserve presque la totalité de ses pouvoirs, indique Human Rights Watch (HRW) dans son rapport annuel présenté dimanche au Caire.

La reconnaissance de l’Amazigh en tant que langue officielle, l’abolition de la torture, des enlèvements et des détentions arbitraires sont toutefois autant d’avancées enregistrées par la nouvelle constitution adoptée le premier juillet dernier fait remarque HWR.

Le rapport parle également de la liberté de rassemblement dans les rues et des manifestations du Mouvement 20 février, réprimées à maintes reprises. HRW est d’avis que les Marocains veulent aujourd’hui voir  » ce que signifient en pratique ces principes constitutionnels « .

Pour conclure, Human Rights Watch critique fortement la situation de la liberté de la presse au Maroc, estimant que la presse écrite et électronique dispose d’une plus grande marge de manœuvre, mais que les lignes rouges restent trop importantes.

Algérie-plus, 25/1/2012