Gendarme mauritanien détenu par AQMI : Nouakchott refuse de négocier

La Mauritanie ne va pas négocier avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pour obtenir la libération de son gendarme enlevé dans le sud-est mauritanien en décembre, a affirmé hier à la presse à Nouakchott le chef de la diplomatie mauritanienne, Hamadi Ould Hamadi.

 » Nous n’allons pas négocier avec les terroristes, nous ne l’avons jamais fait et nous n’entendons pas le faire « , a déclaré M. Ould Hamadi, qui était interrogé sur la réponse à la proposition faite récemment par Aqmi de libérer le gendarme otage en échange de deux de ses membres prisonniers en Mauritanie.

Il n’y a  » pas de négociation avec les terroristes « , a-t-il dit. Il s’exprimait lors d’une conférence de presse après une réunion avec ses homologues du Mali, du Niger, de l’Algérie, et de délégués du Nigeria sur la sécurité au Sahel. Les responsables militaires des pays affectés par les activités d’Aqmi ont participé aux travaux.

Le 20 décembre, le gendarme Ely Ould Moktar a été enlevé dans la localité d’Adel Begrou (région de l’Hodh Ech Chargui, sud-est), lors d’une attaque d’hommes en armes non identifiés qui étaient soupçonnés d’appartenir à Aqmi. Selon une source sécuritaire, les assaillants se sont ensuite retirés vers le Mali voisin. Adel Begrou est à 4 km de la frontière malienne.

Dans un communiqué diffusé le 13 janvier par l’agence privée mauritanienne en ligne ANI (Agence Nouakchott d’information), Aqmi a affirmé retenir le gendarme et s’est dite prête à le libérer  » à condition que le régime mauritanien libère deux de (ses) prisonniers « . Elle posait également comme condition que le gendarme ne serve plus dans l’armée sous le régime du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.