Parasité, le 13e congrès sahraoui ?

Le 6 décembre dernier, les media internationaux nous annonçaient que les autorités mauritaniennes avaient procédé à l’arrestation de deux hommes qui auraient des origines sahraouies, et qui sont soupçonnés d’avoir participé à la prise en otages des trois occidentaux le 23 octobre dans les camps de refugiés, sahraouis près de Tindouf. Un rapt plutôt surprenant et qui est le premier à se produire dans une zone gérée par le Polisario. Un rapt qui a eu une suite aussi surprenante puisque moins d’une semaine après, il a été revendiqué par «Jamaat al-tawhid wal Jihad fi gharb Ifriqiya», un groupe terroriste inconnu au bataillon jusqu’ici. Un groupe qui se plaît à défier Aqmi, le détenteur en titre du monopole du kidnapping dans la région et à se mettre à dos les gens du Polisario, mouvement de libération qui s’est tenu jusqu’ici loin de tout ce qui ressemble à du terrorisme. 
 
Jamaat al-tawhid ne réclame ni rançon, ni rien et dit qu’elle s’est choisi l’Afrique de l’Ouest comme champ d’action Cependant, en annonçant sa naissance, en fournissant deux de ses membres à la police mauritanienne et en revendiquant le rapt des trois humanitaires espagnols, la Jamaat al-tawhid wal jihad parasite, qu’elle le veuille ou non, le 13e congrès du Front Polisario prévu du 15 au 19 du mois courant à Tifariti, dans les territoires libérés du Sahara occidental. Si on ne peut l’accuser carrément de rouler pour une quelconque DST, on peut constater que le parasitage est bel et bien là, ne serait-ce que par inadvertance.
Il est aussi présent, aussi nocif que la propagande marocaine qui présente les assises sahraouies comme le pire des complots dans l’histoire, fabriqué par la pire des dictatures de l’univers. Rabat n’hésite pas à répandre et à amplifier les fausses rumeurs sur l’insécurité qui planerait sur le congrès, alors que plusieurs centaines d’étrangers sont prévus à Tifariti à l’occasion de l’événement. Des rumeurs sans portée, incapables de changer quoi que ce soit à l’itinéraire de la lutte sahraouie pour choisir librement son destin. Pas plus tard que vendredi dernier, l’assemblée générale de l’ONU adoptait une résolution prônant «une solution permettant l’autodétermination du peuple du Sahara occidental». Et là, ce n’est ni une rumeur, ni de la propagande ! M. Z. mohamed_zaaf@yahoo.fr
 
Le Jeune Indépendant, 13/12/2011