La coopération Alger-Nouakchott a payé

Deux suspects ont été arrêtés, lundi, en Mauritanie, a indiqué une source sécuritaire à Nouakchott. Selon cette source, les autorités mauritaniennes ont procédé lundi à l’arrestation de deux hommes qu’elles accusent d’être à l’origine de la prise d’otage des trois occidentaux – deux Espagnols et une Italienneenlevés le 23 octobre dans le camp de réfugié de Hassi Rabouni, près de Tindouf. La coopération algéro-mauritanienne avait mené à la filature de plusieurs dizaines de suspects à Nouakchott, mais surtout à Nouadhibou. Des fils conducteurs devaient mener à l’arrestation, lundi «dans leur hôtel, au coeur de la ville de Nouadhibou» au nord-ouest de la Mauritanie, de deux suspects, filés depuis deux semaines déjà. 
Un des deux hommes arrêtés serait «le principal auteur du rapt, Maminna Alaaguir Ahmed Baba, qui a directement pris d’assaut le camp», près de Tindouf (sud-ouest de l’Algérie) « et procédé » à l’enlèvement des trois Occidentaux. L’identité de son complice a également été révélée. Il s’agît d’Aghdafna Hamady Ahmed Baba. Né en 1979, il aurait donné « une aide précieuse au cours du rapt ». Les trois coopérants – deux Espagnols et une Italienne – ont été enlevés le 23 octobre à Hassi Rabouni, près de Tindouf (sud-ouest algérien), un secteur contrôlé par le Front Polisario. 
Des sources sécuritaires de haut rang avaient affirmé il y a une quinzaine de jours, que les ravisseurs ont convoyé les otages kidnappés des camps humanitaires de Hassi Rabouni « vers l’Ouest ». Cet Ouest pouvait être la Mauritanie, ou peut-être le Burkina-Faso. La Mauritanie n’est éloignée que de 70 km de Hassi Rabouni. En plus, une trêve non déclarée est observée entre Nouakchott et Aqmi, d’où la possibilité pour les preneurs d’otages de transiter par Zouérate Bien que le nord Mali soit le plus indiqué dans ce genre d’opération, du fait de la faiblesse de l’armée malienne – quelque 5 000 soldats, mal équipés, et la présence forte d’Aqmi entre Kidal et Tessalit, il se peut que la Mauritanie, toute proche des camps de Tindouf, soit la nouvelle cache choisie pour les otages, avant de les convoyer ailleurs, avionsnous déjà écrit quelques jours après le rapt de Hassi Rabouni.
F.O. 
Le Courrier d’Algérie, 7/12/2011