Le Danemark réïtère son vote contre la pêche européenne au Sahara Occidental

Copenhague, 24 juin 2011 (SPS).- Dans un débat au sein du Comité de l’UE au parlement danois, tenu le 23 Juin, le Ministre de l’Alimentation, Henrik Høegh a déclaré que le Danemark votera non, tant que le Maroc ne présente pas plus d’informations sur les bénéfices apportés par cet accord au peuple du Sahara occidental, rapporte Western Sahara Ressources Watch dans une dépêche diffusé le 23 juin.
Dans un débat visant à donner au gouvernement danois l’autorisation de voter non à l’accord, le ministre Høegh a ajouté : « Notre préoccupation est toujours la question concernant recevoir des informations sur les bénéfices pour la population locale du Sahara occidental. Nous n’avons reçu aucune information claire de la Commission ».
« La Commission va probablement prétendre que certaines initiaitives ont été prises au Sahara occidental, et que ça bouge dans la bonne direction. Cependant, la position danoise est toujours que, jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons pas encore reçu d’informations suffisantes et claires du Maroc concernant la question sur les bénéfices de la population locale de l’accord. Par conséquent, à mon avis, le Danemark ne peut pas appuyer l’approbation formelle. Généralement, il s’agit d’un sujet dans lequel nous essayons de faire pression sur la pression sur la Commission, afin qu’elle suive les principes généraux de l’accord de partenariat », reïtère le ministre du Parti Libéral.
Le Danemark a aussi voté contre la poursuite des négociations en Février.
Le président du Comité UE a noté que tous les parlementaires qui ont pris part au débat, ont accepté la position du gouvernement danois de s’opposer à l’accord, et le gouvernement a donc eu le feu vert vert de le faire.
Une grande partie du débat a eu lieu autour du manque de transparence du rapport d’évaluation que l’UE a commandé sur l’ancien accord de pêche de 4 ans. Le rapport a révélé que l’accord est à la fois écologiquement destructeur, et il est l’ accord de pêche le moins viable financièrement conlcu par l’UE.
« Il est profondément profondément étrange que les rapports d’évaluation doivent être aussi confidentiels. Nous ne pouvons guère faire usage de ces évaluations dans un débat public tant qu’il y a autant de secret autour d’elles. Au Parlement européen, les évaluations sont tellement confidentiels qu’elles ne peuvent être vues que dans une salle verrouillée, après avoir laissé les téléphones portables dehors « , a déclaré Per Clausen de l’Alliance Rouge-Verte.
« L’évaluation de l’ancien accord de pêche, qui pourait avoir un impact sur la façon dont on pourrait évaluer une nouvelle convention, n’a été présenté qu’en français, et avec seulement un résumé de 2 pages en anglais. Ce n’est pas suffisant», at-il dit.
« Je pensais que l’UE a dépense beaucoup d’argent en traductions, mais ce n’est évidemment pas le cas », a déclaré le parlementaire social-démocrate Bjarne Laustsen, soulignant qu’il ne comprenait pas un mot du rapport d’évaluation écrit en français.
Pia Olsen Dyhr, du Parti socialiste, a renvoyé à des médias internationaux qui avaient rapporté que les documents d’évaluation de l’UE sur comment la pêche se déroule en violation des conventions centrales de l’ONU. Elle a également souligné que l’évaluation ne couvre pas les aspects des violations du droit international par l’accord.
«Un modèle pour le renouvellement de cet accord serait tout simplement de le faire couvrir les eaux marocaines, et non pas d’autres eaux», a-t-elle ajouté.
Le Parti social libéral (RV) a aussi souligné son soutien à la position du gouvernement.
« Peut-on s’attendre, lorsque le Danemark assume la présidence de l’UE, que toutes les évaluations des accords de partenariat de pêche européenne soient publiées? », s’interroge Clausen.
« Nous avons demandé de la transparence autour de ces rapports, et nous ferons ainsi dans l’avenir », a déclaré le ministre.