Des dizaines de blessés après une manifestation à Casablanca

Casablanca (Maroc), 16 mars 2011 (SPS) Des dizaines de personnes ont été blessées, certaines grièvement, mardi à Casablanca après que la police marocaine eut tenté de pénétrer au siège d’un parti de gauche où s’étaient réfugiés des manifestants, ont rapporté des témoins.

Après la dispersion par la force d’un rassemblement pacifique pour réclamer des réformes politiques, des dizaines de manifestants se sont réfugiés à l’intérieur du siège du Parti socialiste unifié (PSU), d’opposition de gauche.

Vers 14h GMT, les forces de l’ordre ont tenté d’y donner l’assaut, mais n’y sont pas parvenues face, notamment, à la résistance des manifestants. Des témoins, parmi lesquels plusieurs journalistes, ont vu que des dizaines de personnes avaient été blessées, certaines grièvement.

« J’ai vu une femme enceinte et des jeunes filles sauvagement tabassées par la police. C’était d’une rare violence », a dit Hassan Hamdani, de l’hebdomadaire indépendant Tel Quel, présent lors de l’assaut.

Un peu plus tôt, des militants du mouvement « Jeunes du 20 février », qui revendiquent des changements politiques de fond au Maroc, ont été empêchés violemment par la police d’organiser un rassemblement, le même jour à Casablanca, a-t-on appris auprès d’animateurs du mouvement.

Selon, Oussama El Khlifi, un des principaux animateurs du mouvement qui a été libéré après son arrestation plus tôt par les forces de police, a précisé que d’autres activistes ont été également arrêtés, parmi eux Chahida Tifraz et Ahmed Mediani.

« Toutes les personnes arrêtées ont été relâchées suite au sit-in de protestation, organisé par les manifestants devant le siège local du Parti socialiste unifié (PSU) », a-t-il déclaré, en ajoutant que « beaucoup de militants ont été blessés lors de l’intervention de la police ». (SPS)