Des manifestants à Rabat réclament un Etat de droit

Plusieurs centaines de manifestants, des jeunes en majorité, ont participé dimanche à un rassemblement éclair devant le Parlement marocain à Rabat pour réclamer «un État de droit» et des réformes politiques et sociales «radicales» au Maroc.

Plusieurs centaines de manifestants, des jeunes en majorité, ont participé dimanche à un rassemblement éclair devant le Parlement marocain à Rabat pour réclamer «un État de droit» et des réformes politiques et sociales «radicales» au Maroc. Les manifestants répondaient à un appel lancé via Facebook, soutenu par des militants de défense des droits de l’homme. Ils se sont rassemblés dans le centre de la capitale marocaine avant de se diriger vers le Parlement où ils se sont figés pendant quelques minutes, faisant le V de la victoire. A Casablanca, plusieurs centaines de personnes, selon un journaliste de l’AFP, se sont réunies sans incident sur la place Mohammed V, dans le centre-ville, portant des pancartes avec les mots «dignité», «justice sociale», «non au cumul du pouvoir et de la fortune». 

Dans la foule se trouvaient de nombreux membres de l’important mouvement islamiste Justice et Bienfaisance, une organisation non reconnue, mais tolérée, qui a récemment appelé à un «changement démocratique urgent» au Maroc. Un autre rassemblement d’une centaine de manifestants a eu lieu à Tanger, dans le nord du Maroc. Les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser un groupe de jeunes venus perturber la manifestation, selon les autorités locales. «Nous ne voulons pas de réformes ponctuelles, nous voulons un changement radical», affirmait Kamilia Raouyne, une étudiante de 20 ans venue manifester à Rabat, portant sur la poitrine une pancarte avec les mots «la femme», un morceau de scotch représentant un bâillon sur les lèvres. La jeune fille voulait attirer l’attention sur la condition des femmes au Maroc, expliquant que «le mariage des mineurs est toujours autorisé, que la polygamie existe toujours, que le travail des femmes est moins payé que celui des hommes». «Nous voulons un État de droit, une Constitution qui respecte les droits de l’homme», lançait un autre manifestant, Ali Ayman, étudiant en art dramatique de 20 ans. 

1 Comment

  1. Révolution des peuples arabes, c'est à qui le tour ?

    De mon point de vue, je préfère voir d'abord le peuple du Sahara Occidental se soulever en entier, à El-Ayoun, leur capitale, et dans toutes les villes de Sakiat El Hamra et Oued Eddahab pour exiger son indépendance. C'est le moment pour nos frères Sahraouis qui se sont exilés en Algérie et en Mauritanie, depuis maintenant plus de 35 ans, de rentrer chez eux, dans leur pays ! L'indépendance s'arrache aussi comme la liberté. Et consulter un peuple par référendum sur sa destinée est un droit universel.

    La communauté internationale vous apportera sans doute l'appui dans le sillage des révolutions des peuples arabes qui bouillonnent en ce moment.

    Je dis, de même, à nos frères Marocains, c'est le moment aussi pour le peuple marocain de se libérer contre la monarchie au protocole moyenâgeux. Le Sahara Occidental fait partie de la toute petite liste des pays encore colonisés selon les instances de l'ONU. N'écoutez pas trop la propagande du Makhzen, il ne fait que vous détourner de votre vrai problème : libérer le Maroc des tyrans où une minorité écrase la majorité. El Fassad (la corruption) au Maroc est aussi pire que les autres pays arabes. La caricature en BD vue sur une chaine de TV d'un pays du moyen Orient, au mois du ramadan passé, bien que condamnable, c'était aussi une source de révélation de l'image et de l'état d'un peuple puisant sa cause de la pauvreté des uns et par ailleurs, la dominance des riches qui posent le pied sur la dignité des autres.

    aliloul,
    http://el-mouradia.algerie-sic.com

Comments are closed.