Le roi du Maroc est à la fois Zapatero, Botin et Rouco Varela.

Il a prouvé sa foi ferme en la liberté d’expression. Il a été en prison pour avoir osé faire une caricature du roi Mohamed et pour avoir écrit sur les réfugiés sahraouis contre la ligne du régime.

Le journaliste Ali Lmrabet (Tétouan, 1956) fait partie de ceux qui ne se taient pas. Il a été en prison et il a fait une grève de la faim pour défendere ses droits et celui de tout le peuple marocain, à s’exprimer en liberté, même si c’est contre le roi Mohamed VI. Maintenant, il voit émerveillé comme des dizaines de milliers de personne osent sortir dans la rue et critiquer le roi et son régime. Il sait que la révolte est en marche et il n’y a pas de marche arrière. Hier, il a donné une conférence à Palma invité par IniciativaVerds.

– Le titre de la conférence : « Qu’est-ce qui se passe avec les révoltes démocratiques dans les pays arabes?

– Je suis très étonné de ce qui se passe. Dans le monde arabe, on a touours su que la démocratie allait arriver, mais pas avec cette rapidité. Le message le plus important est que les gens en ont marre. Les peuples arabes sont comme vous et veulent la liberté que vous avez. Ces révolutions sont, en plus, la fin du mythe fabriqué par l’Occident qui dit que ces dictateurs sont imprésentables mais à la fois sont le meilleur moyen de contenir l’islamisme. Nous nous sommes rendus compte d’une chose merveilleuse : c’est le peuple, les jeunes, dans son expression la plus pure, qui se soulèvent pour demander quelque chose qui pour vous est normal mais qui pour nous est extraordinaire : liberté, égalité et démocratie.

– A votre avis, qu’est-ce qui va se passer au Maroc?

– Certaines disent que le Maroc sera l’exception. La ministre des Affaires Etrangères, Trinidad Jimenez, un jour dit quelque chose et un autre jour en dit une autre. Sans aller plus loin, elle disait que la manifestation au Maroc s’est passé avec « normalité démocratique ». Si elle pense que le Maroc est une démocratie, eh ben c’est la seconde découverte la plus importante après celle de l’Amérique. Les pays arabes ne sont pas égaux et les révoltes ne vont pas avoir les mêmes caractéristiques, mais nous avons en commun la langue et les problèmes, qu’ils soient des pays riches ou pauvres.

– Cherchent-ils à destituer le roi ou évolutionner vers une monarchie comme celle d’Espagne?

– Moi, je soutiens la protesta mais je ne suis pas dans l’organisation, même s le gouvernement et certains groupes le disent. Les jeunes qui sont sortis pour manifester le 20-F disaient qu’ils n’avaient aucun nproblème avec le roi, mais avec la monarchie et qu’ils veulent aller d’une monarchie absolue à une monarchie parlamentaire. Je crois qu’il y a alors un problème avec le roi, parce que c’est lui le monarque absolu, Mohamed VI. Il a maintenant une occasion extraordinaire pour transformer la monarchie en parlementaire. Mais je crois qu’il n’a pas entendu le message parce qu’il a dit que ceux qui sont sortis dans la rue faisaient de la démagogie. Malheureusement, le roi du Maroc règne, gouverne, il est le commandeur des croyants et le plus grand entrepreneur du pays; Mohamed VI est à la fois le roi Juan Carlos, Rodriguez Zapatero, Rouco Varela et Botin. Cela n’est pas normal et il faut le lui dire d’une manière pacifique. Nous ne demandons que ce que vous avez. Nous n’avons ni sécurité sociale, je vis avec mon téléphone sous écoute les 24 heures, qui peut vivre ainsi? Peu de gens.

– Dans le cas du Maroc, L’Espagne se positionne-t-elle d’une manière différentes qu’avec le reste des révoltes?

-Je conseillerais l’Espagne la neutralité et qu’elle penche plus sur ses problèmes économiques que sur les problèmes du Maroc. Lorsque j’entends Zapatero dire que le Maroc est une exception, je pense « ah, c’est extraordinaire! ». Mais il n’est pas une exception. Je ne dirais pas que la révolte va avoir lieu demain, mais les germes de la révolte, démocratique et non pas islamiste, sont là, et tôt ou tard nous aurons un pays démocratique.

– Pourquoi le PSOE ne récrimine en rien au Maroc?

– Pour des intrêts économiques. L’Espagne est le deuxième investisseur au Maroc après le France. Et il y a le chantage que le Maroc fait à l’Espagne avec le sujet de l’immigration. Le Maroc est un Etat policier et peut arrêter le flux de l’immigration vers l’Europe de manière policière et s’il le veut, il peut laisser ces gens passer. L’Espagne a cette peur. Mais le Maroc n’est pas un saint et l’Espagne ne le critique jamais, elle devrait le critiquer de temps en temps.

-Les médias européens, comment transmettent-ils ce qui se passe?

En Europe, il y a des médias importants qui minimisent ce qui se passe. Je me rappelle d’une manifestation en Egypte il y a quelques années avec 300 peronnes, c’était un succès. En tunisie, tout a commencé avec 1,2,3 personnes. Et au Maroc on a eu une manifestation très importante, et sans les islamistes qui ne se sont pas impliqués. Les islamistes de Justice et Spiritualité sont l’association qui peut rassembler le plus de gens et ils ne se sont pas impliqués. Et maintenant, les journaux disent qu’il n’y avait que mille personnes. Le roi a dit qu’il n’allait pas céder à la démagogie, mais Ben Ali et Moubarak disait aussi la même chose et ils ont fini par céder. Nous avons attentu 50 ans et nous pouvons encore attendre, mais  la fin de la monarchie absolue est déjà là. En ce qui concerne les révoltes du monde arabe, nous pouvons dire qu’aucun géo-politicien, aucun, ne les avait prévues. Tout le monde s’est trompé.

-Est-il le moment pour la révolte de la femme aussi?

-La Tunisie est un pays pionnier en libération de femme. Au Maroc, le roi actuel a élaboré un statut de la femme où il élimine beaucoup de restrictions, par exemple au moment du mariage. Sur papier, tout est parfait, mais le problème est que nous n’avons pas une justice indépendante, par contre nous avons un taux d’analphabétisation haut. Plus de 56% de la population est analphabéte, ans les milieux ruraux il arrive à 92%. Vous pouvez avoir le meilleur texte du monde, mais au moment de l’appliquer il ne fonctionne pas. La solution sera une démocratisation du Maroc. Je ne sais pas combien de temps ça va prendre, mais ce sera la solution. Le roi nomme le premier ministre. Nous pouvons voter, mais le roi peut désigner une personne qui n’a pas été élue et cela est arrivé plusieurs fois. Et il faut dire que l’islamisme est une composante de notre société, mais il faut lui donner une mauvaise vision, il y a des islamistes radicaux et une partie très importante d’islamistes qui ne sont pas radicaux.

– Vous prévoyez d’ouvrir un nouveau journal digital. N’avez-vous pas peur de nouvelles représailles?

– Je suis comme un virus, à force de lui injecter des antibiotiques il devient résistant aux antibiotiques. Depuis 15 ans, ils nous écrasent, à un moment donné tu ne sens plus rien.

– Comment évaluez-vous l’état du journalisme dans notre pays?

– Ici, c’est plus ou moins pareil. Je suppose qu’il y a aussi la censure et l’auto-censure. Et puis, il y a les salaires, là-bas les journalistes gagnent plus.

Source : Diario de Mallorca, 22/02/2011
Traduction de l’espagnol : SPS RASD