Le Maroc chasse les jeunes sahraouis des territoires occupés

Les médias espagnols et AFP ont annoncé l’arrivée, mercredi, aux Iles Canaries, d’un groupe de 20 sahraouis à bord d’une embarcation précaire après avoir participé dans la protestation du camp de Gdeym Izik. Leurs demandes d’asile politique ont été immédiatement déposées. « Le gouvernement entamera les démarches pertinentes en accord avec la loi », selon le ministre espagnol Alfredo Perez Rubalcaba.

Selon le journal espagnol El Pais, qui cite des sources sahraouies, les autorités marocaines ont donné des « facilités » à la sortie de sahraouis dans les derniers jours, « dans le cadre de la stratégie que le Maroc a déjà exécuté en 2005 et qui consiste à faciliter la sortie de sahraouis incommodes pour les forces de sécurité ».

Par conséquent, « il est très probable que les prochaines semaines verront davantage de « pateras » avec des sahraouis » commente un responsable sahraoui.

Le Maroc avait refusé que l’ONU enquête sur le démantèlement du camp de Gdeym Izik et que la mission de l’ONU au Sahara Occidental, la MINURSO, jouissent de compétences en matière de droits de l’homme.