Développement social, croissance et bonne gouvernance, les attentes de 2011

L’année 2011 s’annonce sous de bons auspices en raison du programme quinquennal qui connaîtra un autre rythme. Le développement social devra se traduire par un net recul du chômage, la lutte contre l’habitat précaire et l’amélioration des prestations dans la santé publique. Pour ce faire, une croissance hors hydrocarbures est plus qu’impérative d’autant plus qu’un plan de redressement des entreprises industrielles est en cours. Les enveloppes allouées aux différents projets nécessitent cependant un suivi rigoureux et sans complaisance afin de prévenir toute dilapidation ou détournement de deniers publics. La lutte contre la corruption et le népotisme dans les affaires publiques va de pair avec la lutte antiterroriste qui donne des résultats palpables. 
L’Aqmi, affaibli en Algérie, constitue néanmoins une menace dans la bande sahélo-saharienne. Les pays du Sahel se sont engagés à coopérer sincèrement pour sécuriser et développer la région au bénéfice des populations du Grand Sahara. Mais la stabilité régionale passe aussi par la mise en œuvre du droit des peuples à l’autodétermination. A ce propos, le Sahara occidental (envahi par le Maroc en 1975, ndds) est la dernière colonie d’Afrique où les droits de l’Homme et des peuples sont bafoués, tout autant qu’en Palestine qui fait face, depuis plus de soixante ans, à l’une des occupations les plus féroces. 
La Tribune Online, 2/1/2011