Les avocats marocains agressent les observateurs internationaux

Jugement de Casablanca du « Groupe des Sept »
Résumée de ce qui s’est passé

À 14:25, 15/10/2010, un groupe d’à peu près 30 avocats marocains (peut-être un peu plus) parés avec la Toge Professionnelle, sont entrés ensemble et d’une forme coordonnée entre eux, dans la Salle du Tribunal Pénal de Casablanca, en occupant la totalité de l’espace réservé aux Avocats de la Défense, en compliquant la situation des Juristes Observateurs Internationaux, et en se situant devant le Tribunal et de la sorte en faisant presque impossible que les membres du Tribunal puissent visualiser les accusés et le public présent.

Constitué le Tribunal, et avant que la séance de jugement ne se soit initiée par le Président, le groupe d’avocats marocains ont commencé à se plaindre de grands cris de la présence des Juristes Internationaux, en alléguant qu’ils devaient débarrasser les banques, et qu’ils aillent observer dans leurs pays.

Les Juristes Observateurs nous nous sommes levés du deuxième rang que nous occupions, et le juge a dit de nouveau que nous pouvions y rester.

Les avocats marocains criaient avec fureur.

Cinq minutes après le Président a commencé à appeler les sahraouis imputés, en commençant par les trois qui étaient en prison, M. Ali Salem Tamek, M. Ahmed Ennassiri et M. Brahim Dahane, et par conséquent absents de la Salle, et il les a appelés plusieurs fois. Et il poursuivi en appelant ceux qui étaient en liberté provisoire et présents dans la Salle, Mme Degja Lechgar, M. Yahdid Terrouzi, M. Saleh Lebeihi et Rachid Sghair, qui se sont identifiés, et depuis le couloir dans lequel ils se trouvaient ils ont essayé de se déplacer vers le Tribunal en chantant des slogans en faveur de la lutte du Peuple Sahraoui, et dès qu’il ont commencé les cantiques, le groupe d’avocats marocains commença à crier, à insulter les sahraouis, à provoquer les Observateurs et le public sahraoui présent.

Le Tribunal sorti en courant de la Salle, hâtivement, et il n’a pas fait d’appel à l’ordre, ni rien qui y ressemble, en ne revenant à aucun moment après.

Les Avocats marocains continuaient de crier, en vociférant, acclamant le Maroc, et la marocanité du Sahara Occidental, en menaçant les Juristes Observateurs en disant que le « soutien au peuple sahraoui allait nous coûter cher », en insultant les Avocats espagnols, en appelant les Espagnols terroristes et assassins, qui avaient annihilé les berbères du RIF et que nous avions exterminé tous les Arabes de l’Andalousie, que l’Algérie nous payait pour notre travail, et en continuant avec davantage d’insultes. (…)

Ils ont également essayé d’agresser le public, parfois en y réussissant presque. Une avocate marocaine, intégrante du groupe exalté, est montée sur une table et à grands cris elle insultait le public. Et, tout cela devant une passivité absolue et une permissivité des forces de police présentes dans la Salle.

Pendant que tout cela arrivait, les Avocats sahraouis intégrant la Défense des Accusés sont restés devant la Table du Tribunal, en attitude contemplative et silence absolu, en procédant à sortir de la Salle avant le public et les Juristes Internationaux.

Les sahraouis présents dans la Salle ont commencé à répéter le slogan de « VIVE LA LUTTE DU PEUPLE SAHRAOUI », auquel s’est jointe la majorité du public présent, c’est tout ce qu’on an entendu dans la Salle pendant quelques minutes, situation qui a chauffé encore plus le groupe d’avocats marocains, qui de nouveau d’une façon violente ont essayé de se lancer contre le public présent, devant eux se sont positionnés quelques policiers qui poussaient à leur tour le public sahraoui présent. Cette situation d’agression et de tension à l’intérieur de la Salle s’est maintenue pendant un peu plus d’une demi-heure.

Quand les sahraouis imputés, le public, et les Juristes Observateurs Internationaux ont commencé à sortir de la Salle, le groupe d’avocats marocains a continué de lancer des vivas, à applaudir, et à proférer des vivas en faveur du roi du Maroc, et en disant que le Sahara est marocain, et en se moquant de l’Espagne. À leur tour, ils ont suivi le pas des personnes qui sortaient de la Salle, et une fois dans le hall du siège du Tribunal, les avocats marocains ont été joints par le personnel administratif du Tribunal, en portant une photo du Roi du Maroc et célébrant qu’ils avaient expulsé les Juristes du Tribunal.

La manifestation organisée par les avocats marocains a parcouru tout le rez-de-chaussée de l’édifice judiciaire en arrivant à l’entrée principale dans lequel ils ont chaleureusement salué les policiers présents.

Pendant que cela arrivait, dans la sortie de l’édifice judiciaire, quelques femmes et hommes marocains après avoir reconnu Madame Aminattou Haidar l’ont insultée et ont essayé de l’agresser, sans qu’ils n’y réussissent à la protection que le public sahraoui lui a offerte en l’entourant à chaque instant.

Après être sorti de la Salle les Avocats de la Défense se sont dirigés vers le bureau du Président du Tribunal, qui leur a déclaré que le Jugement a été reporté jusqu’au 05 novembre 2010, étant donné l’impossibilité de le célébrer aujourd’hui.