Abdelaziz dénonce auprès de l’ONU « la violence et l’agressivité » contre Espagnols et Sahraoui à El Aaiun

Chahid El Hafed, 30/09/2010 (SPS) Le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, a dénoncé, mercredi auprès de l’ONU, « la violence et l’agressivité » de la police marocaine contre un groupe d’Espagnols et de Sahraouis à l’aéroport d’El Aaiun, estimant que c’est un nouveau exemple édifiant sur « la poursuite de la terreur » par le Maroc au Sahara Occidental.

Dans une lettre au Secrétaire général, Ban Ki-Moon, Abdelaziz indique que des observateurs internationaux et un groupe de 24 militants sahraouis des droits humains au retour d’une conférence internationale à Alger ont subi la « violence par des policiers qui étaient en attente à l’aéroport ».

A titre d’exemple, il a indiqué que l’acteur espagnol Guillermo Toledo a été blessé au doigt et a été traîné sur le sol par la police, tandis que le conseiller de la Coopération du Cabildo de Gran Canaria, Carmelo Ramirez, a été « harcelé et persécuté ».

Les observateurs internationaux s’étaient rendu à El Aaiun lundi dernier avec un premier groupe de militants sahraouis de retour d’Alger pour servir de « boucliers humains » contre d’éventuelles représailles marocaines.

« Les autorités d’occupation marocaines persistent dans leurs pratiques de répression et de violations massives des droits de l’homme, et continuent de plus belle les menaces et autres intimidations affirmées dans le discours du roi du Maroc le 6 Novembre 2009, caractérisé par le chauvinisme et l’hostilité », a-t-il ajouté.

L’acteur Toledo a rapporté mercredi que les observateurs internationaux et des militants sahraouis ont été attaqués à l’aéroport de El Aaiun à l’arrivée du deuxième groupe d’activistes de retour d’Alger et que plusieurs policiers « en uniforme et en civil », avec une supériorité numérique écrasante, se sont jetés sur lui, le rouant de coups de pied quand il a sorti son téléphone portable pour enregistrer l’arrivée.

« Devant cette énième aggravation, le Front Polisario rappelle une nouvelle fois de plus l’urgente nécessité de doter la MINURSO, des prérogatives pour assurer protection des droits de l’homme dans les territoires occupés », a alerté le président sahraoui.

Enfin, le Chef de l’Etat sahraoui a appelé à la libération immédiate du prisonnier politique Mohamed Yahia Iza Hafed et de tous les prisonniers politiques sahraouis, de révéler le sort de plus de 500 civils disparus et 151 prisonniers de guerre sahraouis détenus par l’Etat marocain. (SPS)