Discours de Taleb Omar : La lutte armée se précise

Le premier ministre sahraoui n’exclut aucune option pour briser le joug colonial : La lutte armée se précise 
Par Youcef Aouchiche
Les dirigeants et les responsables de la République arabe sahraouie démocratique se sont rendus à l’évidence que ce qui a été confisqué par la force ne peut y être reconquis que par la force. 

Au moment où la répression marocaine contre les populations sahraouies prend de l’ampleur, les lignes de la lutte armée, comme seul moyen de recouvrement de leur indépendance se précise. Ainsi, le Premier ministre sahraoui, M. Abdelkader Talbi, a déclaré, avant-hier, que  » toutes les options sont ouvertes pour la libération et le recouvrement de l’indépendance de son pays « , assurant que  » le peuple sahraoui est prêt pour le sacrifice.  » Intervenant à la clôture de l’université d’été des cadres sahraouis, qui a eu lieu du 5 au 28 Août dernier à Boumerdès, M. Talbi a indiqué que la direction sahraouie est sur le point d’établir un état des lieux global, conformément aux recommandations du congrès du peuple sahraoui.  » Ce dernier avait insisté sur la nécessité de la lutte armée, comme seul moyen pouvant dissuader la et mettre un terme à l’occupation marocaine. L’orateur, qui s’est focalisé sur la détermination du peuple sahraoui à poursuivre son combat jusqu’à l’indépendance de son pays, a mis en garde par la suite l’occupant contre  » des manœuvres destinées à maintenir indéfiniment le statu quo « .

Ce revirement de position intervient au moment où le non aboutissement des efforts de paix de la communauté internationale et l’échec de processus de paix prônée, essentiellement, par l’ONU, est scellé, d’autant plus que les manœuvres, les provocations et les violations des droits des citoyens sahraouis par les autorités marocaines, s’accentuent de jour au lendemain. 

Sur ce, le premier ministre sahraoui a réitéré son appel à la communauté internationale, pour mettre un terme à cette  » douloureuse situation  » et à oeuvrer à l’amélioration des droits de l’Homme, à la libération des détenus politiques ainsi qu’à trouver les mécanismes de protection de ces droits. Evoquant la position de la France dans ce conflit, qui ronge cette région du grand Maghreb, depuis presque un demi siècle, le premier responsable du gouvernement de la RASD a invité ce pays  » à cesser de faire obstacle à la solution et à se mettre en conformité avec ses obligations internationales « . La même chose qu’il a dite concernant le gouvernement espagnol qui il a exhorté d’assumer son rôle et sa responsabilité historique en matière de décolonisation des territoires sahraouis. Il a demandé également à l’Union européenne de  » geler les avantages accordés au Maroc, tant que celui-ci persiste à violer les droits de l’Homme et à s’abstenir de signer avec lui tout accord touchant le territoire sahraoui occupé « . Evoquant une correspondance de M. Christopher Ross, l’émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental, envoyée au groupe des amis du SG de l’ONU, le responsable sahraoui a relevé qu’il est indiqué dans celle-ci que c’est  » le régime marocain qui entrave les efforts pour un règlement du conflit et à l’origine de l’impasse actuelle.  » Il a exprimé le vœu que ce message soit considéré  » comme un début sérieux de la part des Nations Unies, pour faire entendre raison au régime marocain. Le président du Commissariat politique de l’armée sahraouie, M. Sidi Oukal a, pour sa part, exprimé, dans un message adressé au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika,  » sa profonde gratitude pour l’important soutien de L’Algérie à la cause sahraouie « , assurant que  » le peuple sahraoui n’oubliera jamais la constance des positions algériennes durant toutes les étapes de sa cause « .



Un colloque international sur le droit des peuples à la résistance les 25 et 26 septembre prochains à Alger
 
Par ailleurs, un colloque international, sur le thème  » Le droit des peuples à la résistance « , se tiendra les 25 et 26 septembre prochain à Alger, a annoncé samedi, à Boumerdès, le président du Comité algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, M. Lamari Mahrez. Plus de 200 personnalités et représentants d’organisations gouvernementales et non gouvernementales, sont attendus à cette manifestation, initiée par le Comité algérien de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui, en coordination avec des organismes de droit humanitaire de la République arabe sahraouie démocratique.