Le Maroc expulse 72 immigrants africains vers l’Algérie

Comme à leur accoutumée, les autorités marocaines ont justifié leur décision par une application des conventions diplomatiques et par le fait que les immigrés Africains ont transité par l’Algérie alors que la plupart d’entre eux sont passés par le Sahara occidental et la Mauritanie.

Le journal marocain El-Sabah reconnaît dans sa dernière livraison que les autorités marocaines ont procédés à l’expulsion abusive de 72 immigrés clandestins de différentes nationalités africaines vers le territoire algérien et ce après leur arrestation au large des côtes d’Al Hoceima  à bord de canots pneumatiques. Dans leur tentative désespérée, ces immigrés clandestins voulaient, d’après cette publication, rejoindre le « paradis » de l’Europe occidentale. Comme à leur accoutumée,  les autorités marocaines ont justifié leur décision d’expulsion vers l’Algérie par une application des conventions diplomatiques et par le fait que les immigrés Africains ont transité par l’Algérie alors que la plupart d’entre eux sont passés par le Sahara occidental et la Mauritanie.  

Du côté algérien, la ville de Maghnia et les villages frontaliers sont témoins d’une augmentation remarquable de ces africains qui errent dans les rues. Alors que beaucoup pratiquent la mendicité, d’autres en revanche ;  n’hésitent pas à agresser d’honnêtes passants tel que cela vient de se produire récemment  avec un agriculteur du village frontalier d’El Batim qui a été  gravement attaqué par un ressortissant malien. D’après les éléments de l’enquête diligentée par la gendarmerie nationale de la daïra de Maghnia, le vol était le motif de l’agresseur qui a été arrêté et  présenté à la justice.

Selon les observateurs, la sécurité s’est détériorée dans la région de manière significative à cause de la mise hors d’état de nuire des barons spécialisés dans la traite des êtres humains. Désormais,  les réseaux africains d’immigration clandestine ne font plus confiance aux passeurs Algériens ou Marocains pour le transfert vers Ceuta et Melilla, occupées par l’Espagne.  L’arrêt des activités de ces réseaux reviendrait  à l’incident qui a soulevé une tempête au Mroc après que la Garde civile espagnole ait jeté à la mer, au début du mois d’août, huit immigrants clandestins au large des côtes marocaines.

Cet évènement avait coïncidé, en outre, avec l’attaque de citoyens marocains à Mellila. Ce qui a fait bouger plusieurs associations ainsi que le gouvernement  marocain qui ont dénoncé l’attitude espagnole et on voulu internationaliser le problème. Cet incident ne va pas sans rappeler une autre péripétie lorsque la police espagnole avait ouvert le feu en 2005 sur des immigrants africains. 500 à 600 Africains avait voulu sauter la clôture de fer séparant Ceuta et la frontière marocaine.  Une clôture d’une hauteur de 6 mètres qui a entraîné la chute de plusieurs victimes parmi les africains. Les africains semblent avoir trouver à Maghnia,  un havre de paix tant au maroc voisin  ils sont maltraités, pourchassés et  dépouillés de leurs biens. Dans les régions frontalières algériennes, ils peuvent trouver de l’aide et accéder aux soins en attendant une nouvelle tentative de passage au Maroc afin de continuer leur voyage vers l’Espagne.

Par Samih B./ version française M-.C.Lachichi

Source : Echourouk Online, 28/8/2010