Clôture des travaux de l’université d’été ‘Mahfoud Ali Beiba’ à Boumerdes

Boumerdès (Algérie), 28/08/2010 (SPS) Les travaux de l’université d’été ‘Mahfoud Ali Beiba’ ont pris fin ce samedi à Boumerdès sous la présidence du premier ministre, Abdelkader Taleb Oumar, du membre du secrétariat national du Front Polisario, ambassadeur à Alger, Brahim Ghali, du ministre de la justice et des affaires religieuses, Hamada Selma, président de cette université qui s’est tenue du 03 au 28 aout 2010 à l’institut algérien du pétrole (IAP) à Boumerdes.


Ont pris part à la cérémonie de clôture, les présidents, du parti du Front national, Moussa Touati, du comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), Mehrez Lamari et du groupe parlementaire algéro sahraoui, Tayeb L’houari, des représentants du ministère algérien de l’énergie et des mines, du MAE, de la société Sonatrac, des autorités de la wilaya de Boumerdes, de la société civile et du mouvement algérien de solidarité avec le peuple sahraoui.


Ont également assisté à cette occasion, des représentants du corps diplomatique accrédité en Algérie, notamment d’Afrique du sud, de Cuba, du Venezuela, d’Angola et du Congo.


Les participants à cette université ont adressé une lettre de félicitation au président algérien, Abdelaziz Bouteflika à travers laquelle ils ont exprimé la gratitude et les remerciements du peuple sahraoui pour la position de soutien indéfectible de l’Algérie à la juste cause du peuple sahraoui et pour l’intérêt accordé à ces cadres durant la période de cette université.


Ils ont en outre adressé des lettres similaires au ministre de l’énergie et des mines en Algérie, aux autorités de Boumerdes, aux directeurs de la Sonatrac et de l’IAP, ainsi que du comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) et aux territoires occupés.


Placée sous le signe de « solidarité, résistance et formation », l’université d’été a été l’occasion pour les cadres sahraouis de se doter des connaissances dans différents à travers les conférences animées par des professeurs et chercheurs algériens, rappelle-t-on.