La prostitution au royaume chérifien

Même si le reportage qu’a effectué le magazine français choc n’a pas besoin d’être commenté, on va quand même discuter un peu de cette débauche que connaît le Maroc sous couvert d’ouverture sur le monde extérieur et de modernité imposée à coup d’euros et de dollars.

Il y a quelques décennies notre pays, malgré la pauvreté et la misère , n’a pas sombré dans la débauche comme on le remarque de nos jours. Il est vrai que la prostitution existait toujours au Maroc, et la ville de Marrakech précisément était connue par ses histoires sur les homosexuelles et les prostituées, comme d’ailleurs d’autres régions du pays où cette pratique n’est réprimandée ni par la société ni par l’état.

Les femmes et mêmes les soi-disant hommes dont des enfants et adolescents ne se prostituent pas au Maroc à cause de la pauvreté, mais à cause de leur soif à réaliser leur rêve d’avoir biens luxueux et se vanter devant les autres. Les casablancais par exemple se souviennent d’un soi-disant  »haj talal », saoudien qui offrait des scooters aux adolescents qui passaient la nuit avec lui. Après quelques mois on remarquait déjà plusieurs adolescents qui n’avaient pas les moyens de s’offrir une moto circulant sur les boulevards de Casablanca enfourchant des scooters et chaussant des espadrilles à 500Dhs, ce qui est au dessus des moyens de leurs parents qui croyaient que leurs enfants travaillaient et étaient sûrement très contents.

Même chose durant les années 70 où Ain Diab à Casablanca est devenu la Mec des chercheurs de chair fraîche qui venaient des pays du golfe. Aujourd’hui ils ne viennent plus comme avant, car les filles on les exporte, notamment aux émirats arabes unis plaque tournante des prostituées d’origines marocaines. Et dire que ces bédouins parmi lesquels un prophète et sage est apparu pour les sortir des ténèbres. Leur descendance prouve qu’elle s’y trouve bien dans les ténèbres de la débauche, de la personnification, de la discorde religieuse, du terrorisme et j’en passe. Avec leur pétrole il n’en rien fait que de bâtir des lieux de débauche et de séjour luxueux pour vivre la vie du paradis sur terre, car moins sûrs qu’ils y vivront après la mort. Avec tant d’argent pourquoi pas ?.           

Il ne faut jamais lier la débauche et la prostitution à la pauvreté, mais à l’ignorance, l’absence de la foi, le manque de morale, l’inexistence de civisme et de bonnes mœurs, la démission des guides qui pouvaient ouvrir les yeux des gens et plus particulièrement des jeunes sur la réalité de la vie et de l’existence. Regardez ces fonctionnaires de l’état qu’on appelle des oulémas avec leur mine qui fait pitié. Ils ne peuvent pas s’exprimer librement et dénoncer cette débauche et cette décadence dans laquelle le peuple marocain s’enfonce de jour en jour. Ils ont peur pour leur misérable solde de fin de mois. D’ailleurs ils ne parlent que lorsqu’ils reçoivent le feu vert de leurs patrons pour dire ce que les patrons pensent et non pas ce qu’ils pensent eux.

Quand on publie des caricatures ou des articles qui risquent de perturber l’ordre public ils ouvrent la bouche, prononcent de long discours pour condamner selon les directives des patrons telle ou telle déclaration. Le cas de  »Nichane » par exemple.

Après ce nouveau scandale ces pauvres oulémas dorment à poings fermés, seul le makhzen peut les réveiller pour faire des déclarations écrites non pas dans le ministère des habous et affaires islamiques, mais aux bureaux du makhzen.

Laissons les réactions des oulémas de côté et parlons de celle des autorités. Les journalistes du magazine français  »Choc Hebdo » sont arrivés au Maroc pour faire un reportage choc. Est qu’ils avaient des papiers d’identités où il est mentionné qu’ils sont des journalistes. Si c’est le cas les services de renseignement devaient surveiller leurs déplacements, ou bien ces agents de renseignements n’ouvrent les yeux que quand il s’agit d’un barbu. Ces journalistes ont séjourné à Marrakech et ont fait leur reportage clandestinement et en toute tranquillité. Ils possédaient pas d’autorisation, voilà un délit punit par la loi. Ils ont corrompus des agents des forces de l’ordre, ce qui est également punissable par la loi. Ils ont pris des photos à caractère sexuelle à l’insu des intéressé pour les publier dans un magazine dont la bourse sera bien remplie, suite à cette publication. Et en fin ils ont porté un grand coup au royaume chérifien qui a à sa tête amir al mouminine, le garant des valeurs islamiques dans le pays.
Aucune nouvelle des agents corrompus. Sont t’ils toujours à leurs postes à déplumer les utilisateurs de la route, ou bien leurs chefs les ont suspendu pour les présenter à la justice. Mais dans ce cas, il faut également présenter devant la justice les corrupteurs, c’est à dire les journalistes. Mais rien n’a circulé sur les suites de cette affaire.

Les deux chaînes de télévision dirigées par des débiles sans scrupules empochant leur solde tirée de l’argent du contribuable, se trouvent sur une autre planète. Ils sont si lâches qu’ils n’osent jamais parler de telles scandales, sans qu’ils ne reçoivent à leur tour l’autorisation des patrons qui jouent avec le feu sans le savoir. Ne cherchez même pas à les convaincre qu’il s’agit de leur honneur et leur dignité s’ils en ont bien sûr, car ils vous sortiront cette fameuse loi du moyen âge, » Les institutions sacrées  ». Et voilà, dans le pays qui fabrique des millions de prostituées destinées à l’usage local et international, on ose parler du sacré. Quelle débilité et quelle honte !. Un pays qui a été souillé par les malades mentaux de tout bord, il s’y trouve quelques clowns qui prétendent que la personne d’un tel ou tel mortel est sacrée.

Vraiment ces dirigeants et responsables marocains sont de grands hypocrites et je n’en dirai pas mois de ceux qui donne de bonnes notes au Maroc quand celui ci ouvre la porte grande ouverte à la débauche. Ils encouragent le Maroc à donner à la femme marocaine plus de liberté, et quand celle ci l’obtient elle en abuse et là les journalistes viennent faire le constat pour présenter les marocaines devant le monde entier comme des chiennes en chaleur. Les soi-disant frères arabes musulmans font de même, ils viennent ici comme des investisseurs et se transforment u jour en lendemain en mafiosi avec l’assentiment et la totale complicité des responsables et dirigeants marocains. C’est pour cela que je dirai que les journalistes du magazine  »Choc » n’ont pas bien fait leur travail, car s’ils le voulaient ils auraient pu faire mieux, puisque la débauche et la prostitution au Maroc possèdent plusieurs façades. On a pas oublié par exemple l’histoire du ministre des finances Fath Allah Oulaalou, qui a valu publié dans son journal, actuellement interdit, une information qui indique que ce ministre est un homosexuel. Le journal actuellement interdit a titré l’article en ces termes  » Fadhou Allah Ou Laanou  », c’est à dire que Dieu a fait éclaté sa vérité et qu’il a maudit. Le directeur du journal a été conduit en prison et son journal interdit non pas à cause de l’article, mais pour une affaire de chèque sans provision. Des personnes bien informées disent que c’étaient sa femme qui a déclenché l’affaire et l’a pris en flagrant délit. Dossier clos, mais pas pour toujours. Cela pour démontrer que la débauche n’est pas l’apanage des marocains issus des milieux pauvres, mais il existe une autre débauche plus grave, car ceux là n’ont pas d’excuses, issue des milieux bourgeois, comme cette histoire d’un gardien originaire de Ouarzazate qui a été embauché par El Haj et El Haaj pour qu’il gardent leur villa pendant la nuit, jusqu’au jour où elle hajja lui prépare le bain et le contraint à se laver. Après elle le conduit au salon où El haj étaient assis sur un fauteuil. Il regardait la télévision tranquillement, mais en fait il ne regardaient pas les infos de 2M ou TV5, mais un film de pornographie. Notre pauvre gardien un jeune homme de 25 ans bien bâti, était sur le point de tomber de sa hauteur, mais El haj l’a fait asseoir et lui a demandé de bien regardé le film car après il doit faire la même chose. Avec qui ?. avec El haja et El haj sous peine d’être inculpé de vol car ils ont les responsables de la police dans la poche. Le pauvre a passé la plus mauvaise nuit de sa vie et le matin venu il s’est enfuit. Histoire racontée par lui même et il y en a d’autre qui se passent chaque jour et chaque nuit dans les villas et les belles demeures du plus beau pays du monde.

Rien de spécial donc pour ce reportage qui n’ajoute rien à la réalité du Maroc, sinon que les marocains vont payer très cher ce qui se passe dans le pays. Ce profond fossé qui se creuse entre la classe des riches et des pauvres conduira inévitablement à une guerre civile sans merci. C’est l’autre réalité du Maroc. Il y a au Maroc des hommes efféminés qui sont aux postes de commande, mais il y a également des hommes qui, malgré le manque de moyens pour tenir tête à ces débauchés, vont faire de leur mieux pour que les prostituées, les corrompus et les débauchés de tout bord se souviennent que leur argent est de l’argent sale, que leur vie était pleine de souillures, que leur vanité ne s’effacera jamais  car trop stupides et attachés à l’argent, et qu’ils sont des traîtres qui ont trahi Dieu ainsi que leur patrie.

Alors, lorsque toi visiteur du Maroc tu te promènes dans les villes n’oublie pas que ces gens que tu remarque avec leur belles voitures et leurs beaux habits, qui parlent en français pour se faire croire de la haute classe, ne sont que des débauchés constitués essentiellement de prostituées, de pervers, de voleurs, d’escrocs, de corrompus et de trafiquants de drogue. C’est ce qui fait l’argent au Maroc. L’argent facile est toujours un argent sale et c’est pour cette raison que les fils à papa le dépensent aussi facilement, comme c’est le cas pour c’est jeune issu de familles de voleurs qui paient une sorte d’amende si dans leurs soirées de débauche parle en dialecte arabe. S’ils détestent l’arabe à ce point qu’ils quittent le Maroc avec leur parents escrocs et voleurs, mais non, puisque c’est avec l’argent des marocains pauvres qu’ils se paient leurs soirées.

Avant de terminer, posons la question au ministre des finances Fath ALLAH Oullaou et Adil Douiri du tourisme. Puisque vous ne pouvez ni vous ni le roi ni le gouvernement cacher au monde que le Maroc est un bordel qui détrônera celui de la Thaïlande. Pourquoi vous, ministre des fiances avec tes décisions stupides concernant les impôts, vous ne soumettez pas les prostituées à payer l’impôt du matelas, comme c’est le cas dans d’autres pays. Ce n’est pas juste qu’une prostituée arrive à acquérir une villa en moins de deux, sans rien payer à l’état qui ferme l’œil, alors qu’un pauvre homme qui n’a que sa petite baraque ou charette paie l’impôt.

Je ne sais pas si ces milliers, voire des millions de prostituées marocaines, vont participer aux prochaines élections, et c’est peut être une bonne occasion pour les vampires socialistes pour qu’ils prennent leur défense, en leur trouvant par exemple des excuses comme la pauvreté et quoi encore ?.

N’oublions pas que le scandale de Marrakech a éclaté durant le séjour du roi dans cette ville et l’arrivée au Maroc du roi de l’Arabie Saoudite qui a été accueilli à Fès. Très drôle, Marrakech accueille tout ce qui est débauche, festivals où la débauche est reine et Fès accueille les débilités soi-disant religieuses. Vraiment vous êtes à plaindre.